L’ex-mannequin Tamara Volokhova est candidate aux élections départementales dans le canton de Strasbourg-2 / Page Facebook de Jean-Claude Bader

Rubrique

Les résolutions du Parlement européen ont tendance à être critiques à l’égard de la Russie de Poutine. L’une des résolutions les plus récentes sur la Russie, adoptée fin avril, portait notamment sur l’emprisonnement d’Alexei Navalny, figure majeure de l’opposition russe, et sur le renforcement militaire russe à la frontière de l’Ukraine. Parmi de nombreux autres points critiques, la résolution réitère le « soutien ferme du Parlement européen à la politique de l’UE de non-reconnaissance de l’annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol » et condamne fermement « le comportement hostile de la Russie en Europe ».

Cependant, le Parlement européen, tout en faisant ces déclarations résolues, ne les prend pas toujours lui-même au sérieux. Un exemple frappant est la façon dont le Parlement européen ignore les menaces que représentent, pour la sécurité de ses propres structures et de ses politiques, des députés européens d’extrême droite connus pour leurs positions pro-Kremlin. Cela se produit parfois même avec la complicité du Parti populaire européen (PPE, droite).

Comme nous l’avons révélé dans notre enquête pour EUObserver, la citoyenne russe Tamara Volokhova, ayant des liens avec des agents d’influence russes en Europe, a pu obtenir un contrat avec un eurodéputé français d’extrême droite, Aymeric Chauprade, travaillant pour lui en tant qu’attachée. Chauprade, qui était à l’époque un membre important du Front national, , avait notamment joué le rôle d’« observateur indépendant » lors du référendum illégal organisé en Crimée occupée par la Russie — référendum qui a été suivi de l’annexion de la péninsule. Le travail de Volokhova pour Chauprade a coïncidé avec sa participation aux négociations sur l’octroi d’un prêt de plusieurs millions au Front national par des structures commerciales russes. Aujourd’hui, ayant la double nationalité russe et française, Volokhova travaille pour le secrétariat du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) et a accès aux travaux des commissions du Parlement européen qui contribuent à l’élaboration des politiques étrangères et de défense de l’UE.

Volokhova travaille également en étroite collaboration avec l’eurodéputé français Thierry Mariani et l’a accompagné, ainsi que d’autres eurodéputés français, lors de leur visite en Crimée l’été dernier, pour « observer » le vote controversé sur les amendements à la Constitution de la Fédération de Russie. Mariani, qui soutient depuis longtemps les dirigeants autoritaires, a été sanctionné par l’Ukraine pour ses nombreux voyages de propagande en Crimée.

Cependant, le Parlement européen n’a jusqu’à présent pas réagi devant les violations flagrantes par Mariani des frontières internationalement reconnues de l’Ukraine. Mariani a également tenté à plusieurs reprises, bien qu’indirectement, d’utiliser le Parlement européen afin de légitimer l’annexion de la Crimée par la Russie. Par exemple, dans sa déclaration officielle du Parlement européen détaillant sa visite en Crimée fin juin 2021, Mariani a attribué plusieurs villes ukrainiennes situées sur la péninsule (Simferopol, Yalta, Sevastopol, Simeiz et Alupka) à la Fédération de Russie, malgré la non-reconnaissance de l’annexion par l’UE et, par conséquent, par le Parlement européen. Les mêmes tentatives symboliques d’utiliser les documents officiels du Parlement européen pour légitimer le « statut russe » de la Crimée se retrouvent dans les déclarations correspondantes des eurodéputés français d’extrême droite Virginie Joron, Hervé Juvin, Jean-Lin Lacapelle et Philippe Olivier qui ont accompagné Mariani lors de son voyage l’année dernière.

Un extrait de la déclaration du Parlement européen de Thierry Mariani sur son voyage en Crimée annexée par la Russie en juin 2020.

Malgré cela, le Parlement européen a permis à Mariani de rejoindre la commission spéciale sur les ingérences étrangères dans les processus démocratiques de l’UE, y compris la désinformation (INGE), bien qu’il joue lui-même un rôle direct en matière de désinformation russe en Europe.

Au lieu de réagir de manière appropriée, le Parlement européen semble récompenser Mariani. Le 4 mars 2021, la commission des affaires étrangères a soutenu une initiative de Mariani de travailler, avec son groupe ID, sur un rapport portant sur le contrôle des fonds européens au Liban. Cette décision est problématique à deux égards. Premièrement, étant donné le soutien que Mariani apporte à des régimes autoritaires marqués par une lourde corruption, Azerbaïdjan, Russie, Syrie, etc., lui confier un rôle en matière de lutte anti-corruption paraît pour le moins paradoxal. Deuxièmement, le soutien à l’initiative de Mariani apparaît comme un signe d’érosion, au Parlement européen, du « front républicain », la stratégie des partis traditionnels visant à contenir et à isoler l’extrême droite.

Le projet de Mariani de préparer un rapport sur l’utilisation des fonds de l’UE au Liban a été propulsé par le président de la commission des affaires étrangères, le chrétien-démocrate allemand David McAllister, sans aucune consultation avec les deux autres grands groupes du Parlement européen, à savoir l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates de centre-gauche et le centriste Renew Europe. Cependant, alors que certains de ses membres étaient très probablement au courant des activités perturbatrices de Mariani, le Parti populaire européen (PPE) a tout de même apporté un soutien massif à son initiative et a remporté le vote en commission.

Les députés européens qui ont soutenu l’initiative de Thierry Mariani.

Peu après le vote en commission des affaires étrangères, Thierry Mariani n’a pas hésité à continuer à utiliser les ressources symboliques de l’UE pour légitimer les actions de Poutine en Ukraine. Le 18 mars 2021, il s’est servi d’un en-tête officiel du Parlement européen pour féliciter un représentant des autorités d’occupation russes à Sébastopol à l’occasion de l’anniversaire de l’annexion de la Crimée par la Russie.


Un extrait de la lettre de Thierry Mariani aux autorités d’occupation russes à Sébastopol.

Et lorsque le groupe Renaissance Europe a contesté, le 13 avril 2021, la décision de la commission des affaires étrangères soutenant l’initiative de Mariani sur les fonds européens au Liban, la même alliance surprenante du PPE, de l’ID, des conservateurs et réformistes européens, et même de certains Verts a confirmé le vote précédent.

S’il est louable que le Parlement européen prenne fermement position sur les activités subversives de la Russie dans l’UE, on peut craindre que, dans la pratique, il n’ait pas réussi jusqu’à présent à s’attaquer au problème des agents d’influence russe travaillant au sein même de l’institution. En outre, en récompensant les membres français du groupe ID, la direction du PPE rend un mauvais service à ses alliés français du groupe Renaissance Europe qui sont confrontés à une menace claire de l’extrême droite lors des élections présidentielles françaises de l’année prochaine.

Tags