Navalny, journal de prison (suite)
8 min de lecture

Rubrique

Nous poursuivons la publication des posts sur Instagram d’Alexeï Navalny, écrits de son camp de détention à régime spécial. Cette colonie pénitentiaire est considérée comme la plus dure et la plus éprouvante du système carcéral russe. Il faut soutenir Navalny qui n’a pas perdu son mordant et qui tient bon. Écrivez-lui : Colonie pénitentiaire n°2, ul. Franka Stolverka, 6. 601122 Pokrov, oblast Vladimirskaïa, Russie. Pensez à lui et à tous les prisonniers politiques russes et bélarusses.

9 juin

Quand la corruption est le socle sur lequel repose le pouvoir de l’État, ceux qui luttent contre elle sont des extrémistes.

Cette nuit, le parquet de Moscou a déclaré la FBK [Fondation de lutte contre la corruption, NDLR] et le réseau d’états-majors de Navalny « organisations extrémistes ».

Je ne commenterai même pas l’aspect juridique de cette bouffonnerie que l’on appelle « tribunal » en Russie. Il suffira de dire que tous les dossiers de cette affaire sont classés SECRET D’ÉTAT. L’audience s’est tenue à huis clos. Et moi, non seulement je n’y ai pas participé, bien que nous l’ayons réclamé, mais on ne m’y a même pas convié. Appeler Navalny à comparaître, mais pour quoi faire ? Le procès ne s’intéresse qu’à la FBK, dont le fondateur se trouve être Alexeï Navalny. Et sont aussi mentionnés les « états-majors de Navalny ». Mais bon, quel rapport a-t-il avec ça et pourquoi le faire intervenir à l’audience ?

Une chose hautement symbolique : au procès, pour représenter Poutine on a fait siéger le procureur de Moscou Denis Popov. C’est lui qui en a été l’instigateur et qui, en tant que représentant de l’État, a saisi la justice pour faire de nous des extrémistes à titre officiel. Regardez notre enquête à son sujet.

Il vole, il touche des pots-de-vin, il plume les citoyens russes. Il investit sa fortune dans des villas et des hôtels en Espagne et au Monténégro. Il y a installé sa famille. Et ici, vêtu d’un uniforme bleu marine, il garantit à Poutine et à ses fonctionnaires le droit de mener cette existence-là. En volant le pays et le peuple au nom de leur train de vie luxueux.

Mais quelle différence ça fait, du reste, que nous nous appelions FBK, états-majors ou autre chose ? Nous ne sommes ni un nom, ni un bout de papier, ni un bureau.

Nous sommes un groupe de gens qui rassemblent et organisent les citoyens de Russie opposés à la corruption, favorables à des tribunaux honnêtes et à l’égalité de tous devant la loi. Il y en a des millions. Vous en faites partie. Tant que vous serez là, nous ne disparaîtrons pas.

À présent, nous allons assimiler tout ça. Nous allons nous débrouiller. Changer. Évoluer. Nous adapter. Mais nous ne renoncerons pas à nos objectifs et à nos idées. C’est notre pays, nous n’en avons pas d’autre.

Et, s’il vous plaît, vous allez rester avec nous. Suivez nos activités, soutenez-nous. Nous avons grand besoin de ce soutien.

D’ailleurs, inscrivez-vous et participez au « vote intelligent » [appel à voter pour n’importe quel candidat à l’exception de ceux de Russie unie, NDLR] lors des élections à la Douma cet automne. Je suis persuadé que toute cette précipitation est liée à la peur que ce « vote intelligent » inspire au pouvoir.

17 juin

Vous n’auriez pas un dictionnaire sous la main par hasard ?

Pourriez-vous regarder comment on appelle le trouble psychique qui, pour un sujet qui s’est longuement maintenu au pouvoir, a perçu une quantité illimitée d’argent et abusé des « aquadiscothèques » [allusion à l’espace que l’on découvre dans le film Un palais pour Poutine, NDLR], consiste à mentir sans cesse ?

Sans cesse, littéralement. Sans prononcer un traître mot de vrai.

Même quand il sait qu’il va aussitôt être démasqué, il ment.

Même quand il a menti un peu plus tôt en affirmant le contraire.

À l’évidence, il est physiquement incapable de ne pas mentir.

Et s’il arrête, alors il se met à gonfler comme les personnages du film Total Recall. Vous vous rappelez quand on les largue sur Mars dans le vide. Puis l’oxygène arrive, et tout rentre dans l’ordre. Les héros s’embrassent et se déclarent leur flamme.

C’est apparemment la même chose pour Poutine. Un état de manque terrible et douloureux survient s’il n’a pas menti à quelqu’un ; et ensuite, ça donne : « Les revenus de la population russe augmentent, il n’y aura pas de vaccination obligatoire en Russie, Navalny est parti sciemment à l’étranger, la FBK a appris à fabriquer des cocktails Molotov. » Alors sa tête cesse de gonfler, la douleur s’estompe, il peut enfin embrasser tendrement [ses amis oligarques] Rotenberg, Timtchenko, Roldouguine (ou le premier qui passe dans les parages) et leur glisser affectueusement à l’oreille : « Nous n’avons pas encore fait ça aujourd’hui… ce n’est pas bien… allez, occupons-nous-en très vite… détournons encore un milliard du budget… »

Citoyens, venez prendre part au « vote intelligent ». Repoussez personnellement les voleurs mythomanes et gâteux. 😉

23 juin

En prison aussi on a montré le congrès de Russie unie. Et le discours de Poutine.

Un spectacle saisissant : une salle remplie d’hypocrites, dont le parti est au pouvoir depuis vingt ans déjà. Toutes ces années de contrôle absolu exercé sur la Douma pour y faire adopter n’importe quelle loi.

Devant eux s’exprime le menteur, l’hypocrite en chef. Toute sa vie, il a incarné la nomenklatura. Un communiste soviétique, grimé en démocrate eltsinien, re-grimé en « gestionnaire » façon Tchernomyrdine. Depuis 1995, il travaille au Kremlin et cela fait vingt-deux ans qu’il dispose d’un pouvoir échappant à tout contrôle. Il s’adresse à la bande de voleurs dans la salle :

« Les gars, ça fait vingt ans qu’il n’y a pas eu de réfection en profondeur de nos écoles !

— Oh ! mais c’est un scandale, il faut y remédier, répondent ces derniers.

— Les gars, la population pauvre de notre riche pays producteur de gaz ne peut pas s’alimenter en gaz domestique. C’est cher. Allez, on va leur promettre de l’aide.

— Très juste ! Nous leur faisons cette promesse avant chaque élection. Nous allons recommencer, sans lésiner », disent-ils avec enthousiasme.

Tonnerre d’applaudissements. C’est l’ovation.

Le congrès s’achève : puisque celui qui préside le parti, Dmitri Medvedev, est le voleur des voleurs — ce que malheureusement le pays tout entier a appris grâce au film de la FBK Ne l’appelez pas Dimon —, son nom ne sera même pas inscrit sur leur liste.

À la place, ils dressent un écran d’hypocrites semblables venus de l’extérieur. Le médecin-chef de l’unique hôpital flambant neuf de Russie et le directeur de l’unique école riche de Russie.

Comprendre : dans ce cas, personne n’osera nous critiquer.

Et, tel un énorme éléphant qui volerait à travers la salle, survient une question à laquelle ni Poutine ni sa Russie unie ne veulent répondre : mais alors pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ?

Où sont passés les pétrodollars de ces vingt années si les écoles sont laissées à l’abandon ? Мembres de Russie unie, n’y a-t-il pas un lien entre vos résidences dans la Roubliovka [banlieue huppée de Moscou, NDLR] ou à Londres et le fait que, dans un pays qui compte 140 millions d’habitants, il y ait un hôpital et une école qui vous permettent de vous vanter avant les élections ?

Ce mensonge, cette hypocrisie sont répugnants, et on ne doit pas les supporter en silence.

Le « vote intelligent ». Pour la première fois au cours de ces nombreuses années, nous avons un instrument susceptible d’influencer le résultat. Il a démontré son efficacité à Moscou, Tomsk, Novossibirsk. Il fonctionnera partout en Russie.

Oui, depuis longtemps déjà ces élections sont des « élections ». Mais si vous allez quand même aux urnes (et il le faut), gardez en mémoire ces deux mots seulement : vote intelligent.

Faites disparaître ce sourire infatué des visages des partisans de Russie unie. 😉

2 juillet

Le censeur me tuera. À chaque jour qui passe c’est plus vraisemblable. Je ne l’ai jamais vu. C’est une femme, paraît-il. Dans les polars, on écrit que les femmes sont très ingénieuses en matière de meurtres, celle-ci trouvera donc le moyen de m’atteindre.

Pourquoi veut-elle me tuer ? Parce que je suis comme Harry Potter au début du premier livre de la saga. Vous vous rappelez les lettres de Poudlard ? C’est un peu pareil pour moi, mais sans les hiboux et les magiciens.

Un convoi me transfère d’une colonie pénitentiaire à l’autre, de là à l’hôpital, puis dans une autre colonie. Et où que je débarque, l’officier qui se présente dans ma cellule (n’est-ce pas l’équivalent du placard sous l’escalier dans la maison de l’oncle Dursley) dit d’une voix fatiguée : Détenu Navalny, c’est pour vous, signez. Et il me tend un sac volumineux, rempli de lettres, de télégrammes et de cartes. La plupart sont des vœux d’anniversaire que je reçois depuis près d’un mois. Mais beaucoup de lettres datent de mai, voire d’avril, autrement dit elles me suivent dans mes déplacements depuis un bon moment.

Une bande de 2-3 mm de large a soigneusement été découpée avec des ciseaux sur chaque enveloppe. Pour l’ouvrir sans en abîmer le contenu.

Et je trie mon courrier. La plupart des lettres sont manuscrites. Je peux mettre de côté celles qui ne sont pas déchiffrables. À ce moment-là, je pense à la femme censeur. À la façon dont elle détache une bande de 2 mm de chacune de ces milliers d’enveloppes. À la façon dont elle soupèse chaque mot (et si l’extrémisme résidait justement dans ces griffonnages). À la façon dont elle consigne le tout dans un registre, fait une copie et inscrit une marque signifiant que la lettre a passé la censure. Puis elle regarde le dossier de lettres non examinées. Elle ouvre un tiroir. En sort une petite poupée de chiffon. La poupée porte un costume rayé noir et une drôle de casquette. La femme censeur chuchote quelque chose pendant une poignée de secondes avant de planter les ciseaux avec une fureur sauvage dans la poitrine de la poupée. Puis elle soupire, range la poupée et détache une bande de 2 mm de l’enveloppe suivante.

Et donc :

  1. Un grand merci à tous pour vos vœux, lettres, télégrammes, cartes et autres messages.
  2. N’oubliez pas qu’en Russie, hélas, il y a beaucoup de détenus politiques, et chacun a besoin de savoir qu’il n’est pas seul, chacun veut trouver une place à bord du Poudlard Express qui le ramènera chez lui.
  3. Au cas où, dans la liste de ceux qui souhaitent me tuer, juste après les lignes « les agents du FSB équipés d’armes chimiques » et « les oligarques sur qui j’ai enquêté », ajoutez-en une autre : « la pauvre femme censeur rendue hystérique par les plaisanteries sur les chats, Rick et Morty, et le vaisseau spatial ».

Traduit du russe par Ève Sorin

Tags