Tempora mutantur. Le maréchal Dmitri Iazov reçoit une décoration « pour services rendus à la patrie » des mains du ministre de la Défense Sergueï Choïgou. Février 2020 // Photo : Ministère de la Défense de Russie

Trente ans depuis le putsch de Moscou
8 min de lecture

Rubrique

Le coup d’État d’août 1991 à Moscou était une tentative désespérée pour sauver l’Union soviétique. Lorsqu’il s’est effondré, la volonté de préserver le système socialiste a disparu et l’Union soviétique a quitté la scène de l’histoire quatre mois plus tard. Aujourd’hui encore, le coup d’État suscite d’importantes questions. Les réponses sont essentielles pour comprendre la signification du coup d’État pour la situation de la Russie aujourd’hui.

La première question concerne le rôle de Gorbatchev. Au mépris de toute logique, les putschistes, qui se préparaient à déposer Gorbatchev, ont continué à se comporter comme s’il était toujours aux commandes. Le 18 août, un groupe de comploteurs se rend dans la résidence de vacances de Gorbatchev au cap Foros, en Crimée, pour demander à ce dernier d’approuver sa propre destitution. Ils veulent d’abord que Gorbatchev signe un édit autorisant le Comité d’État pour l’état d’urgence (sigle russe : ГКЧП, GKTchP) nouvellement formé à prendre le pouvoir. Devant son refus, ils lui demandent de transférer le pouvoir au vice-président, Guennadi Ianaïev. Gorbatchev refuse également.

La réaction de Gorbatchev prend les putschistes par surprise. Habitués à ses changements de position constants, ils pensaient qu’il céderait à la pression. Ils espèrent même avoir le temps de se baigner dans la mer Noire. Lorsque les conspirateurs quittent sa résidence, Gorbatchev serre la main de chacun d’entre eux. Il aurait pu arrêter le coup d’État en les plaçant tous en état d’arrestation.

Après l’échec du coup d’État, la première chose que font les comploteurs est de s’envoler pour Foros afin de demander le soutien de Gorbatchev. Cette fois, cependant, il les fait arrêter.

Dans les jours qui suivent immédiatement les événements d’août, beaucoup pensent que Gorbatchev n’est pas une victime du coup d’État mais qu’il est impliqué dans le complot. Anatoli Loukianov, le président du Soviet suprême, déclare que Gorbatchev était au courant du coup d’État à l’avance « et n’a rien fait pour l’empêcher ».

Gorbatchev dit avoir été coupé du monde extérieur à Foros. En effet, les putschistes avaient coupé ses lignes téléphoniques. Mais Valentin Zanine, le directeur du groupe « Signal », qui produisait des équipements de communication spéciaux pour les dirigeants soviétiques, a déclaré que Gorbatchev disposait d’un lien de communication qui ne pouvait être déconnecté sous aucun prétexte. Il n’a pas donné de détails car, ayant participé au développement du système, il s’était engagé à ne pas en parler.

Ianaïev a écrit plus tard que l’isolement de Gorbatchev était en réalité un auto-isolement. « Gorbatchev attendait de voir comment les événements allaient tourner. Si le GKTchP l’emportait, il écarterait Eltsine et supprimerait les mouvements d’indépendance dans les républiques baltes. Il reprendrait alors son travail de président en exécutant les décisions du Soviet suprême de l’URSS. En cas de défaite, il reprendrait ses fonctions et renforcerait ses relations avec les démocrates russes. »

Evgueni Lissov, l’enquêteur en chef sur le coup d’État, s’exprimant au nom du procureur russe, a déclaré que pendant le coup d’État, Gorbatchev n’avait « donné aucune indication indirecte ou directe », qu’il était du côté des conspirateurs. Il a toutefois ajouté que la longue association de Gorbatchev avec les conspirateurs, qui étaient ses proches collègues, et « certains aspects de son caractère » donnaient aux putschistes « le droit de penser que tôt ou tard, après un, deux ou trois jours, ils feraient basculer Gorbatchev dans leur camp ».

Autre mystère : pourquoi les putschistes n’ont-ils pris aucune mesure pour arrêter Boris Eltsine, la seule personne en mesure de rallier l’opposition au coup d’État ? Dans la nuit du 18 août, Eltsine rentre à Moscou depuis le Kazakhstan où il a rencontré Noursoultan Nazarbaïev, le président kazakh. Les putschistes ont envisagé de détourner le vol d’Eltsine d’Alma-Ata vers un aéroport militaire, de l’arrêter et de l’isoler dans une datcha à Zavidovo. Mais ils n’en ont rien fait.

Eltsine se rend à sa datcha dans le bourg Arkhangelskoe-2 sans interférence et s’endort. Pendant ce temps, la datcha est encerclée par des membres de l’unité d’élite Alpha du KGB. Le chef de l’unité a été informé que le plan consistait à s’emparer d’Eltsine et d’autres membres du gouvernement russe qui séjournent à proximité. La garde personnelle d’Eltsine ne compte que six ou sept hommes équipés d’armes automatiques. Il aurait fallu un seul peloton des forces spéciales pour arrêter l’ensemble du gouvernement russe. Mais, encore une fois, il n’y a pas d’ordre. Alors que l’unité Alpha se tient prête, Eltsine quitte sa datcha au sein d’un cortège et se dirige vers la Maison Blanche, le siège du gouvernement russe, qui est devenue le centre de la résistance.

Les putschistes n’ont rien fait pour couper les téléphones à la Maison Blanche ou fermer l’aéroport international. Ils espéraient que des centaines de chars et des milliers de soldats convergeant vers Moscou intimideraient Eltsine et ses partisans. Dans un premier temps, ils ont essayé d’éviter les actions violentes dont les conséquences auraient pu s’avérer irréversibles.

La dernière question concernant le coup d’État d’août est de savoir pourquoi, en fin de compte, les putschistes n’ont pas utilisé la force. Une partie de la réponse est qu’ils n’étaient pas unis. Le matin du 20 août, alors que la foule autour de la Maison Blanche commence à grossir, les putschistes comprennent que l’apparition des chars dans la rue n’a pas suffi à intimider Eltsine ou la population. Ils préparent alors un plan pour prendre d’assaut la Maison Blanche et s’emparer d’Eltsine et des dirigeants russes. Certains des chefs du coup d’État sont déterminés à agir coûte que coûte. Boris Gromov, premier vice-ministre de l’Intérieur, se souvient d’une ambiance « agressive, décisive et d’un état proche de l’euphorie ».

D’autres, en revanche, n’en sont pas si sûrs. Pendant le putsch, Ianaïev, le supposé nouveau chef d’État, passe son temps à se soûler. Il dit à Krioutchkov : « Je pourrais être abattu. » Un médecin du Kremlin est appelé pour examiner Valentin Pavlov, le Premier ministre, qui le trouve « non seulement ivre mais remonté jusqu’à l’hystérie ». Le général Pavel Gratchev, chef des unités de parachutistes, s’évertue à jurer fidélité aux deux camps.

La réussite du coup d’État dépendait essentiellement de l’unité Alpha et de l’armée, qui ont finalement été dissuadées par la perspective d’un massacre. Alors que le nombre de civils autour de la Maison Blanche atteint 100 000 dans la nuit du 20 août et que les vétérans afghans pro-Eltsine organisent un vrai périmètre de défense et des postes à chaque étage de la Maison Blanche, les membres de l’unité Alpha, désignés pour être le fer de lance de toute attaque, commencent à calculer le coût humain probable. Personne ne doute que le bâtiment pourrait être pris en 15 à 30 minutes. Mais les membres du groupe Alpha craignent que le bilan soit pire que les milliers de morts de la place Tiananmen.

Les membres de l’unité sont également hésitants car, en janvier, ils avaient été envoyés en Lituanie, soi-disant pour protéger les Russes des terroristes. Ils ont fini par participer à une attaque contre la tour de télévision de Vilnius, au cours de laquelle 14 Lituaniens et un membre de l’unité Alpha ont été tués. Ces morts ont entraîné d’énormes protestations à Moscou. Les responsables du KGB se sont efforcés de dissimuler la participation de l’unité Alpha et aucun haut responsable n’a assisté aux funérailles du membre de l’unité tué. Les membres d’Alpha ont alors eu le sentiment d’avoir été désavoués.

Finalement, ces derniers informent leur commandant qu’ils ne participeront pas à l’assaut de la Maison Blanche. C’était la première fois dans l’histoire de l’Union soviétique qu’une unité militaire refusait d’exécuter un ordre direct.

Dans cette situation, celui qui semble fermement soutenir le coup d’État est le maréchal Dmitri Iazov, le ministre de la Défense. Il avait ordonné l’entrée de troupes en Lituanie en janvier pour réprimer le mouvement d’indépendance et était favorable à la préservation de l’Union soviétique. Mais Iazov a lui aussi des doutes et est soucieux de minimiser la violence. Il est stupéfait d’apprendre que l’unité Alpha a refusé de prendre part à la tempête. Entre-temps, une autre nouvelle tombe : le 21 août à 0 h 45, trois civils ont été tués lors d’une confrontation avec les troupes près de l’ambassade des États-Unis. Il reste possible pour les unités de l’armée et les troupes du ministère de l’Intérieur d’attaquer la Maison Blanche, même sans l’unité Alpha. Mais les assistants de Iazov préviennent qu’il y aura une « mer de sang ».

C’en est trop pour Iazov. Il avait dit au début du coup d’État : « Je ne serai pas un Pinochet. » Il déclare maintenant aux autres putschistes que l’armée se retire du jeu. Peu après, Gromov affirme que les troupes du ministère de l’Intérieur ne prendront pas non plus part à la tempête. Vladimir Krioutchkov, le chef du KGB et l’un des leaders du coup d’État, déclare : « Dans ce cas, l’opération doit être annulée. »

Au lendemain du coup d’État, le monde est entré dans l’ère post-communiste. Les putschistes auraient pu l’emporter en août 1991. Mais ils auraient eu besoin de détermination, d’unité et d’une volonté de tuer. Or, après cinq ans d’information libre et de réformes libérales, la foi dans l’idéologie communiste avait disparu. En fin de compte, les putschistes n’étaient pas prêts à commettre un meurtre de masse et l’Union soviétique ne pouvait être sauvée sans cela.

Trente ans ont passé et la Russie est redevenue un État autoritaire. Mais les leçons du coup d’État d’août sont toujours d’actualité. Le régime de Poutine pourrait être confronté à des protestations de masse à l’avenir. Il peut décider de recourir à la force. Mais s’il le fait, son succès dépendra de la perception de sa légitimité. Les soldats et les policiers n’ouvriront pas le feu sur leur propre peuple pour un régime auquel ils ne croient pas. La perception que le régime de Poutine vaut la peine d’être défendu dépendra toutefois de la capacité continue du président à supprimer les informations sur des crimes tels que les attentats à la bombe dans des appartements en 1999, qui ont porté Poutine au pouvoir, l’abattage de l’avion de ligne MH-17 et le meurtre du chef de l’opposition Boris Nemtsov.

Aujourd’hui, comme par le passé, la Russie est emprisonnée par les mensonges. Et, comme par le passé, ce sont les informations véridiques qui peuvent la libérer.

Tags