Avant la signature des accords de Minsk, le 11 février 2015. Photo : kremlin.ru

Avant la signature des accords de Minsk, le 11 février 2015. Photo : kremlin.ru

Rubrique

Le Kremlin a obtenu l’attention qu’il recherchait : le monde occidental se demande s’il va lâcher une centaine de milliers de soldats russes supplémentaires sur l’Ukraine, ce qui entraînerait une conflagration militaire d’une ampleur sans précédent en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais un dicton militaire russe traditionnel (dont on omettra l’obscénité) dit : « La guerre n’est rien, ce sont les manœuvres qui comptent. » L’objectif déclaré de la campagne actuelle de la Russie est d’affaiblir l’alliance militaire stratégique occidentale — et l’Ukraine n’est qu’un pion dans ce jeu. Jusqu’à présent, les capitales européennes semblent tomber dans le piège en pensant à désamorcer la crise tactiquement, plutôt qu’à assurer stratégiquement l’avenir de l’Europe libre.

Depuis que le ministère russe des Affaires étrangères a présenté ses « propositions » — en fait, un ultimatum — le 17 décembre 2021, l’Europe est suspendue à un état de « drôle de guerre ». Les dés sont jetés : l’accumulation incessante, et largement télévisée, de la puissance militaire russe aux portes de l’Ukraine s’accompagne de l’envoi par le Royaume-Uni d’armes antichars à Kyïv. Des manœuvres militaires de grande envergure sont annoncées en mer, tant par la Russie que par l’OTAN. Tout cela s’accompagne d’un déluge de diplomatie, où les responsables russes au visage sévère affrontent leurs adversaires européens.

Étant donné qu’une réduction significative de la présence et de l’activité de l’OTAN figure au premier rang des exigences russes, il est curieux de constater qu’à l’issue des conférences de presse qui ont suivi les rencontres avec la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock à Moscou et avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken à Genève, leur homologue russe, Sergueï Lavrov, avait très peu à dire sur l’OTAN. Son adjoint, Sergueï Riabkov, avait même annoncé qu’une simple déclaration des États-Unis selon laquelle ils rejetteraient ou ne voteraient pas en faveur de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN suffirait à apaiser les craintes de la Russie. Au lieu de cela, M. Lavrov a insisté sur le fait que le respect du protocole de Minsk II par l’Ukraine était l’étape clé de la désescalade des tensions.

Alors que plane la possibilité réelle d’une guerre à grande échelle, ne serait-il pas logique d’écouter ces demandes « raisonnables » ? En réalité, si Paris et Berlin succombent à ces appels des sirènes et acceptent de faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle respecte les accords de Minsk, ils dynamiteront durablement la démocratie et la paix en Europe. Si la Russie gagne cette « manœuvre » particulière, elle soumettra durablement l’Ukraine et se prépositionnera stratégiquement pour menacer l’Europe, toujours plus près de son centre géographique.

Pour nous rafraîchir la mémoire, le protocole de Minsk II a été signé par Kyïv avec le canon d’un fusil sur la tempe, alors que l’invasion du Donbass par la Russie battait son plein. Paris et Berlin, dans le cadre du « format de Normandie », ont tenté de désamorcer et de « geler » les combats en séparant les troupes et en promettant une surveillance impartiale du cessez-le-feu. L’Ukraine a obtenu la promesse de rétablir le contrôle de sa frontière nationale avec la Russie. Moscou a fait pression sur l’Ukraine pour qu’elle prenne langue politiquement avec les gouvernements fantoches de Donetsk et de Lougansk et qu’elle organise des élections locales tant qu’ils étaient encore en place.

De toute évidence, Moscou n’a jamais eu l’intention de renoncer au contrôle de la frontière avec l’Ukraine, qu’elle a effectivement effacée. Alors que les groupes de réflexion européens réfléchissent sérieusement aux scénarios d’un assaut militaire de Moscou sur Kyïv, aucun des vrais politiciens (et encore moins les partisans de la Realpolitik) ne mettrait sérieusement sur la table la question de la frontière nationale. Pourtant, si les négociateurs de Paris et de Berlin ont peu d’influence sur Moscou, ils ont conservé leur influence sur l’Ukraine.

M. Lavrov sait que, parce qu’ils cherchent désespérément à s’asseoir à la table des négociations, Paris et Berlin pourraient bien succomber à la tentation de demander à nouveau à Kyïv de remplir sa part de Minsk II. Après tout, c’est l’accord qu’ils ont négocié et que l’Ukraine a signé. Il sera certainement dit à Kyïv que sa « patience stratégique » — c’est-à-dire le temps gagné par les négociations et les procédures nécessaires à l’organisation d’élections dans le Donbass — sera récompensée par le renforcement des défenses de l’Ukraine contre toute attaque future et par la démonstration du soutien indéfectible de l’Europe (à défaut d’une aide réelle, pour reprendre l’immortelle émission télévisée britannique « Yes, Minister », dont les boutades restent tristement pertinentes trente ans plus tard).

Mais les résultats de la priorité donnée au « compromis » tactique sans vision stratégique seront sombres. Le Kremlin a déclaré vouloir des garanties que l’Ukraine n’adhérera « jamais, jamais » (pour citer M. Riabkov) à l’OTAN. Étant donné la fluidité de la diplomatie internationale, pour s’approcher de ce « jamais », deux parties doivent être en jeu — l’OTAN n’admettra pas l’Ukraine, et l’Ukraine ne voudra pas y adhérer. Comme les observateurs le font remarquer à juste titre, l’adhésion de Kyïv à l’Alliance est actuellement un point discutable — notamment parce que Berlin et Paris y sont opposés.

Si Moscou parvient — avec la bénédiction de l’Europe — à « réintégrer » les gouvernements fantoches de Donetsk et de Lougansk dans le corps politique ukrainien, sans les démilitariser ou les démocratiser, la Russie obtiendra essentiellement un droit de veto interne sur l’adhésion de l’Ukraine à toute alliance pro-occidentale. Si l’Ukraine résiste, la Russie pourrait effectivement justifier ses efforts pour les ramener entièrement dans son giron à un stade ultérieur et sans grande protestation de la part de l’Europe — cela peut se faire par des moyens politico-militaires, par exemple en occupant et en reconnaissant pleinement les deux îlots étatiques, comme cela a déjà été fait en Géorgie.

Paris et Berlin doivent donc comprendre que faire pression sur Kyïv pour mettre en œuvre Minsk II aujourd’hui signifierait probablement qu’ils ont durablement sacrifié le statut d’État démocratique de l’Ukraine. Le gouvernement actuel de Kyïv sera politiquement blessé, peut-être mortellement. La question du Donbass finira par dominer et polariser le débat interne, donnant aux acteurs pro-russes un large champ d’action pour jouer la subversion. Même si les élections avaient lieu, la simple situation d’anarchie locale pousserait l’Ukraine dans un état de décomposition. L’ampleur financière et le poids politique des initiatives du Partenariat oriental de l’UE ne seraient pas suffisants pour inverser ce cours.

Cependant, les implications internationales d’une telle action seront encore pires. Comme l’a fait remarquer le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, les actions menées par Berlin jusqu’à présent — telles que le refus de fournir des armes défensives ou d’envisager le blocage de la certification du gazoduc Nord Stream 2 — « sapent déjà l’unité » des partenaires occidentaux. Les voisins occidentaux de la Russie ont également réagi avec nervosité aux propositions françaises de Paris en faveur d’un dialogue avec Moscou, distinct de celui avec l’OTAN. Enfoncer Minsk II dans la gorge de Kyïv briserait finalement cette fragile unité — les Ukrainiens, les Polonais et les États baltes en concluraient que Paris et Berlin ont décidément choisi « la Russie d’abord » et prendraient des mesures pour renforcer leur propre sécurité par le biais d’alliances auxiliaires — comme la proposition trilatérale Royaume-Uni-Pologne-Ukraine déjà lancée par Londres. Sur le plan intérieur, les quelques gouvernements démocratiques qui subsistent seront probablement dominés par des partisans de la ligne dure, et ceux qui sont déjà engagés sur une voie peu libérale (qu’ils soient pro- ou anti-russes) seront probablement renforcés.

La pensée stratégique générale en Europe a été que, grâce à sa richesse et à sa stabilité, elle pouvait tout simplement survivre à tout adversaire agressif. C’est peut-être encore vrai, même si la richesse et la stabilité ont été récemment mises à mal. L’Europe peut en effet survivre à Poutine en se retranchant autour de son noyau central, Berlin-Paris. Mais elle aurait renoncé à la promesse d’une Europe entière et libre. Et la prochaine fois que M. Poutine, ou son successeur, viendra frapper à la porte, ce sera beaucoup plus près de chez lui.


Vous devriez aimer…