Les étudiants bélarusses manifestent avant l’élection présidentielle de 2020 / @strana_official

Une nouvelle université d'Europe Orientale doit être créée dans un état membre de l'UE
6 min de lecture

Rubrique

LETTRE OUVERTE à la Commission européenne et aux gouvernements nationaux — de la part de scientifiques et de personnalités culturelles

Devant la répression qui sévit en Russie et au Bélarus, d’éminentes personnalités du monde occidental et de Russie demandent de créer une université où pourraient enseigner et étudier des milliers de jeunes contraints à l’exil par les régimes de Poutine et de Loukachenko. Une initiative inédite pour créer un milieu propice à la formation des futures élites russes et bélarusses.

Enlèvement et arrestation du journaliste Roman Protassevitch. Empoisonnement et emprisonnement de l’homme politique Alexeï Navalny. Accusations fabriquées et procès à grand spectacle de l’historien Iouri Dmitriev, de l’artiste Ioulia Tsvetkova et de nombreux défenseurs des droits de l’homme. Arrestations des rédacteurs du magazine étudiant DOXA. Arrestation et torture de centaines de manifestants pacifiques. Meurtre de plusieurs activistes politiques. Poursuite de l’occupation d’une partie de l’Ukraine. Menaces de détention, de violence et de mort pour des centaines de milliers de personnes qui s’opposent ouvertement à ces mesures.

Voilà le menu sinistre de la violence d’État que les autorités russes et biélorusses infligent à leurs populations. Des dirigeants politiques du monde entier condamnent cette violence. Les experts relèvent les violations des droits de l’homme, du droit national et des traités internationaux. Mais la fermeture de l’espace aérien, les boycotts et les déclarations de soutien ne suffisent pas. Nous avons besoin d’une approche holistique qui complète les politiques traditionnelles en faisant participer les citoyens, et non les gouvernements, en créant de nouvelles opportunités, et non en limitant les relations établies – en offrant une carotte, et pas seulement un bâton.

L’UNION EUROPÉENNE ET SES ÉTATS MEMBRES DEVRAIENT REVOIR LEURS POLITIQUES À L’ÉGARD DE LEURS VOISINS DE L’EST EN REVITALISANT LEURS INSTITUTIONS EXISTANTES TELS QUE LE CONSEIL DE L’EUROPE ET LE PARTENARIAT ORIENTAL. LEURS AMBITIONS, LEURS COMPÉTENCES ET LEURS RESSOURCES DOIVENT ÊTRE REDÉFINIES.

La clé du succès réside dans une communication directe avec les personnes honnêtes au Belarus, en Russie et chez les autres voisins à l’est. La Convention européenne des droits de l’homme (signée par la Russie, mais non par le Belarus) définit les droits et la dignité de ces personnes ; le Partenariat oriental (qui inclut le Belarus, mais non la Russie) définit « l’engagement avec la société civile… et l’investissement dans les personnes et la société » en tant que ses principaux objectifs. Malheureusement, ces objectifs ne sont pas atteints dans la pratique. Plus que jamais, il est clair aujourd’hui que la promotion de l’éducation, de la santé et de la mobilité des citoyens des États voisins est un élément essentiel de la stabilité européenne.

ALORS QUE LE NOMBRE DE PERSONNES INNOCENTES ARRÊTÉES ET TORTURÉES AUGMENTE À UN RYTHME EFFRAYANT, NOUS DEMANDONS INSTAMMENT À NOS DIRIGEANTS POLITIQUES D’ALLER AU-DELÀ DES EXPRESSIONS DE SOLIDARITÉ.

Les sanctions peuvent avoir de l’importance, mais elles visent les régimes en place et certains individus, laissant les citoyens indifférents ou augmentant même leurs privations. Dans la situation actuelle, nous vous demandons instamment de réorienter une partie de l’aide européenne gelée pour soutenir la société civile, l’éducation et la mobilité. La politique orientale doit être généreuse. Elle devrait inclure des fonds pour les visas, les subventions et les bourses d’études, les visites académiques, thérapeutiques et humanitaires. Nous devons faire preuve d’ambition et de créativité pour créer de nouveaux modes de diplomatie civile, de nouvelles institutions d’apprentissage en commun et davantage de possibilités de travail productif. Secoués par les atrocités du régime bélarusse, la poursuite de l’occupation russe d’une partie de l’Ukraine et les signes de démodernisation en Russie, nous devons réagir de manière à rendre nos frontières plus accueillantes, transparentes et offrant des possibilités.

NOUS DEVONS CRÉER DES OPPORTUNITÉS POUR LES JEUNES DE RUSSIE, DU BÉLARUS ET D’AUTRES ÉTATS AUTORITAIRES. NOUS DEVONS CRÉER DES LUEURS D’ESPOIR POUR LA PROCHAINE GÉNÉRATION.

Sur la base des expériences réussies d’établissements d’enseignement supérieur transnationaux tels que l’Institut universitaire européen à Florence, l’Université d’Europe centrale, l’Université européenne de Viadrina à Francfort, l’Université européenne des sciences humaines à Vilnius, le Collège d’Europe et CIVICA (l’alliance de huit universités européennes en sciences sociales), une nouvelle université d’Europe orientale doit être créée dans un État membre de l’UE. Nous, les universitaires et les personnalités culturelles soussignés, saluons les initiatives publiques et privées visant à financer et à accueillir un tel établissement d’enseignement supérieur. Cela ouvrira de nouvelles possibilités à ceux qui ont été écartés, réprimés et déplacés, ainsi qu’à ceux qui souhaitent étudier, enseigner et faire de la recherche selon des normes européennes élevées.

Nous consacrerons nos ressources intellectuelles, notre expérience et notre leadership à la création d’une telle université.

08 juin 2021

  • Ellen Rutten, études slaves et culturelles, Université d’Amsterdam.
  • Alexander Etkind, histoire, Institut universitaire européen, Florence
  • Jan Claas Behrends, histoire, Centre Leibniz d’histoire contemporaine (ZZF), Université de Potsdam et Viadrina, Francfort-sur-l’Oder, Allemagne.
  • Ernst van Alphen, études littéraires, Université de Leiden
  • Alexander Astrov, relations internationales, CEU Vienne
  • Mieke Bal, analyse culturelle, Université d’Amsterdam
  • Dorothee Bohle, sciences politiques, Institut universitaire européen et Université de Vienne
  • Judith Butler, philosophie, Université de Californie, Berkeley
  • Dmitrii Bykov, écrivain, Moscou
  • Wolfgang Eichwede, histoire, Centre de recherche pour les études est-européennes, Université de Brême
  • Sergei Erofeev, sociologie, Université Rutgers, USA
  • Nancy Fraser, philosophie, New School for Social Research, New York
  • Juliane Fürst, histoire, Leibniz-Centre d’histoire contemporaine (ZZF), Potsdam, Allemagne
  • Masha Gessen, écrivain émérite en résidence, Bard College USA
  • Simon Goldhill, études classiques, Université de Cambridge
  • Leonid Gozman, psychologie, Université libre, Moscou
  • Boris Groys, philosophie, Université de New York
  • Sergei Guriev, économie, Instituts d’Etudes politiques/Sciences Po, Paris
  • Gasan Gusejnov, philologie, Université libre, Moscou
  • Marianne Hirsch, littérature comparée, Université de Columbia, New York
  • Eva Illouz, sociologie et communication, Académie Bezalel des arts et du design, Jérusalem
  • Lola Kantor-Kazovsky, histoire de l’art, Université hébraïque de Jérusalem.
  • Michael Kemper, Études de l’Europe de l’Est, Université d’Amsterdam
  • Ulrike Kistner, philosophie, Université de Pretoria, Afrique du Sud
  • Leszek Koczanowicz, philosophie, SWPS Université des sciences sociales et humaines, Wrocław
  • Pavel Kolar, histoire, Université de Konstanz
  • Ivan Krastev, sciences politiques, Institut für die Wissenschaften vom Menschen, Vienne
  • Geert Lovink, études culturelles et médiatiques, Université des sciences appliquées d’Amsterdam, Institut des cultures en réseau, Amsterdam
  • Edward Lucas, journaliste, Center for European Policy Analysis, Londres
  • Ingunn Lunde, linguistique, Université de Bergen, Norvège
  • Luciano Mecacci, psychologie et histoire, Université de Florence
  • Mikhail Minakov, philosophie, Kennan Institute, Washington DC & revue Ideology & Politics, Kyiv
  • Aleksandr Morozov, journaliste, co-directeur du Centre académique Boris Nemtsov pour l’étude de la Russie, Moscou & Université Charles, Prague
  • Susan Neiman, philosophie, Forum Einstein, Potsdam, Allemagne
  • Elena Nemirovskaya, sciences politiques, École des Lumières civiques, Riga
  • Janna Nemtsova, journaliste, co-directrice du Centre académique Boris Nemtsov pour l’étude de la Russie, Moscou
  • Joy Neumeyer, histoire, Institut universitaire européen, Florence
  • Andrzej Nowak, histoire, Université Jagiellonian, Cracovie.
  • Julia Obertreis, Universität Nürnberg-Erlangen, Allemagne
  • Luisa Passerini, histoire, Université de Milan
  • Andrea Petö, Université d’Europe centrale, Vienne
  • Kevin Platt, professeur titulaire de la chaire Edmund J. et Louise W. Kahn en sciences humaines, Université de Pennsylvanie.
  • Serhii Plokhii, histoire, Université de Harvard
  • Matthew Rojansky, directeur de l’Institut Kennan du Wilson Center, Washington DC.
  • Elizabeth Roosevelt Moore, études culturelles, Université de Cambridge
  • Lev Rubinstein, écrivain, Moscou
  • Manfred Sapper, revue Osteuropa, Berlin
  • Saskia Sassen, sociologie, Université de Columbia, New York
  • Jos Schaeken, études slaves et linguistique, Université de Leiden
  • Yuri Senokosov, sciences politiques, École des lumières civiques, Riga
  • Timothy Snyder, histoire, Université de Yale
  • Olga Tokarczuk, écrivain et lauréate du prix Nobel, Krajanow, Pologne
  • Jay Winter, histoire, Université de Yale
  • Eli Zaretsky, histoire, New School for Social Research, New York
  • Boris Zilber, mathématiques, Université d’Oxford
  • Slavoj Žižek, philosophie, Université de Ljubljana, Slovénie

Tags