Regards croisés sur Dostoïevski : un événement

Dans le cadre du colloque « Spectres de Dostoïevski » organisé à l’Université de Strasbourg pour le bicentenaire de la naissance de l’écrivain, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU) reçoit deux figures qui ont révolutionné notre compréhension de l’œuvre du romancier russe, par leur travail critique ou par leur tâche de traducteur-écrivain. À l’écrivain et psychanalyste Julia Kristeva, on doit la publication en Occident des œuvres de Mikhaïl Bakhtine consacrées à Dostoïevski ; elle n’a cessé depuis d’analyser les romans de « l’auteur de sa vie », selon le titre de l’ouvrage récent qu’elle lui a consacré chez Buchet-Chastel en 2020. À André Markowicz, poète et traducteur, on doit la traduction des œuvres complètes de Dostoïevski dans une langue radicalement nouvelle, qui mêle l’argotique au sacré, pour mieux mettre en valeur la richesse symbolique de l’univers dostoïevskien. Durant cette double conférence, ces deux grands témoins et connaisseurs de l’œuvre nous parleront de leur Dostoïevski et de leur travail sur Dostoïevski.

Jeudi 21 octobre 2021 à 17h00

Les articles de la rédaction

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

Poutine — l’homme qui a fait échouer la Russie

La génération actuelle en Russie ne saisit peut-être pas pleinement l'ampleur du désastre. Pourtant, Poutine a déjà infligé une blessure historique à son propre pays.

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

La réouverture du front Hamas-Hezbollah contre Israël : un diabolique jeu de poupées russo-iraniennes

La réouverture d’un front sanglant contre Israël par Hamas et le Hezbollah n’est pas une énième péripétie proche-orientale. La Russie, l’Iran et le régime de Damas sont à l’arrière-plan, avec des objectifs variés mais solidaires les uns des autres.