Vladimir Milov : « Les sanctions sont très efficaces, elles sont un instrument d’épuisement et d’attrition de Poutine »
21 min de lecture

Rubrique

Propos recueillis par Marie Mendras

Vladimir Milov est un opposant politique russe, expert en énergie et conseiller d’Alexeï Navalny. Il a été vice-ministre de l’Énergie de la Russie en 2002. Il est le coauteur, avec Boris Nemtsov, de Putin. Corruption (2011), et il a récemment publié Ambitions Dashed: Why Sino-Russian Economic Cooperation Is Not Working, Martens Centre for European Studies. Il vit aujourd’hui à Vilnius avec sa famille. Ses analyses sont disponibles sur sa chaîne YouTube.

Vladimir Milov

Vladimir Milov // Facebook

Commençons par les nouvelles menaces du Kremlin, et les violents bombardements des villes ukrainiennes. Vous attendez-vous à une escalade de la guerre, et à d’éventuelles frappes nucléaires tactiques, ou plutôt à une pause dans la guerre russe, qui pourrait conduire à de nouvelles avancées ukrainiennes ?

Je ne vois aucune possibilité pour Poutine d’intensifier la guerre sur le champ de bataille. Ses forces les plus puissantes et les plus aptes au combat ont été décimées au cours des premiers mois de la guerre. Les experts militaires internationaux n’ont généralement pas réussi à évaluer le nombre de forces bien entraînées et aptes au combat dont disposait Poutine au début de la guerre, mais ces forces ont subi des pertes très lourdes. Depuis avril, avec l’offensive ukrainienne dans le Donbass, l’armée restante n’est pas capable de gagner du terrain, et commence à tout abandonner et à fuir lorsqu’elle voit les Ukrainiens avancer. Ce sera encore plus vrai avec les nouvelles recrues mobilisées, car la quasi-totalité d’entre elles ne seront pas capables de mener un véritable combat. Par conséquent, l’offensive ukrainienne est le seul scénario réel de la guerre pour les mois à venir. Il sera cependant plus difficile d’avancer dans les territoires occupés depuis 2014 (Crimée et Donbass), car la Russie y prépare des positions de défense depuis un certain temps.

Des frappes nucléaires ? Il est clair qu’elles n’apporteraient aucun avantage militaire. L’utilisation d’armes nucléaires tactiques contre l’Ukraine ne générerait aucun gain militaire — car elles devraient être soutenues par des avancées militaires conventionnelles, et il n’y a aucune capacité pour cela. Dans le même temps, les frappes nucléaires tactiques provoqueraient une réaction internationale majeure et très dure, y compris de la part de pays comme l’Inde et peut-être même la Chine, qui s’étaient auparavant abstenus de critiquer l’invasion russe. En outre, si l’on se souvient de la catastrophe de Tchernobyl, la contamination radioactive en Ukraine pourrait également se propager aux régions adjacentes de la Russie. Or, il s’agit des plus grandes régions de production agricole russes (Krasnodar, Rostov, Belgorod, Briansk), ce qui aurait un impact dévastateur sur l’approvisionnement alimentaire national russe.

Quant à l’utilisation d’armes nucléaires stratégiques contre l’Occident, elle entraînerait la fin de la Russie de Poutine. Je prendrais une menace nucléaire au sérieux, mais si Poutine s’engage dans cette voie, sa chute surviendra plus tôt.

La mobilisation modifie-t-elle l’équilibre des forces ?

Militairement, la mobilisation ne changera pas grand-chose sur le terrain. La question clé à l’heure actuelle est la qualité du personnel militaire qui se bat en Ukraine, et je pense que cette qualité est perdue, car lorsque Poutine a commencé sa guerre le 24 février, il disposait, selon diverses estimations, d’un maximum de 50 000 personnes réellement bien entraînées et prêtes au combat. Le reste des troupes qui ont été rassemblées près de la frontière, puis envoyées en Ukraine, n’était pas prêt pour des opérations militaires sérieuses. Ce qui s’est passé au cours des sept derniers mois de guerre, c’est que la plupart des personnels compétents qui étaient présents au début sont maintenant hors service. Ils sont soit tués, soit blessés, soit ont quitté le champ de bataille et ont été renvoyés dans leurs bases à l’intérieur de la Russie, parce qu’ils sont très fatigués et ont besoin du repos.

Avec ce nouvel effort de mobilisation, Poutine ne sera pas en mesure de remplacer le personnel qualifié perdu par des militaires du même niveau. Nous avons déjà vu ce qui s’est passé au cours des derniers mois. Les recruteurs offraient aux gens de l’argent et des salaires énormes par rapport aux normes des régions relativement pauvres — ils offraient 200 000 à 300 000 roubles par mois. C’est environ cinq à dix fois le salaire moyen dans les régions de recrutement. Toutes les nouvelles recrues ont été envoyées dans le grand camp d’entraînement de Moulina, dans la région de Nijni Novgorod, construit d’ailleurs avec l’aide de Rheinmetall, une société allemande, juste avant la guerre. Les résultats de ce court entraînement ne sont pas très impressionnants. Car il faut un entraînement beaucoup plus long, et une expérience beaucoup plus significative. C’est vraiment une guerre complexe. L’aptitude au combat n’est pas définie par votre capacité à tirer avec un fusil. C’est une guerre intelligente. Vous devez faire de l’évaluation opérationnelle, être capable de communiquer et d’interagir avec d’autres unités, et ainsi de suite ; la guerre moderne est sophistiquée.

Les Russes ne parviendront pas à surmonter les problèmes auxquels ils ont été confrontés pendant l’été. Poutine continue de jouer avec les chiffres. Lorsqu’il a lancé l’invasion, il a complètement négligé tout ce qui allait au-delà des chiffres, comme le moral, la préparation au combat. Son jugement est extrêmement faible, voire absent. Et ce sont des facteurs décisifs sur le champ de bataille.

Mais est-ce seulement son jugement ? Les personnes qui l’entourent, qu’elles soient civiles, militaires ou des services de renseignement, ont-elles également mal évalué la situation, ou l’ont-elles bien comprise, mais sans pouvoir convaincre Poutine d’écouter leurs considérations ?

Je suppose que certaines personnes sont conscientes de l’importance du moral et de la préparation au combat. Mais, d’après ce que je sais du fonctionnement de l’armée russe, ce qui compte, c’est le nombre de soldats. C’est une tradition simpliste, il n’y a jamais eu de système sophistiqué de haut niveau pour évaluer l’aptitude au combat, et en particulier le moral des troupes. Vous avez raison, ce n’est pas seulement Poutine, c’est l’attitude générale des hauts commandants de l’armée russe. Ils commettent une grosse erreur. Ils vont probablement envoyer au combat plus de gens qui ne sont pas aptes à se battre dans une guerre moderne et sophistiquée, et cela signifie plus de pertes. Si nous examinons les pertes, nous constatons que depuis la mi-avril, après que la Russie a changé de stratégie et abandonné l’idée d’une attaque à grande échelle contre l’Ukraine sur de nombreux fronts, pour se concentrer sur le Donbass et le sud, l’armée russe a gagné un territoire relativement limité, mais a subi plus de pertes qu’au cours des deux premiers mois de la guerre lorsqu’elle attaquait l’Ukraine sur de nombreux fronts — Kiev, Tchernihiv, Mykolaïv, Odessa… Cela signifie qu’avec une force militaire moins entraînée, moins qualifiée, il y aura de nombreuses pertes.

À quoi bon appeler très publiquement à une mobilisation « partielle » si cela ne permet pas d’augmenter significativement la capacité de combat ? Les autorités russes prennent un risque en faisant cela — c’est peut-être la raison pour laquelle elles ne l’ont pas fait plus tôt — le risque de susciter de nombreuses protestations et de pousser les gens à fuir la Russie.

Pensent-elles à très court terme, et ont-elles l’illusion qu’elles vont effrayer les Ukrainiens en amassant davantage de troupes ? Ou bien, tout simplement, n’ont-elles pas vraiment de stratégie ? Le pouvoir prend des risques en suscitant l’inquiétude dans chaque ville et village de Russie, où une famille sur deux est concernée.

Ce que nous observons depuis quelques mois est le résultat de l’absence de stratégie cohérente. Ils essaient une option après l’autre. Une fois qu’ils ont découvert qu’une option ne fonctionne pas, ils essaient la suivante. Vous vous souvenez que tout le monde s’attendait à ce que Poutine annonce la mobilisation le 9 mai, mais il ne l’a pas fait, alors qu’il avait besoin de plus d’hommes. Il a alors essayé une autre méthode — le recrutement contre de l’argent. Et d’autres méthodes de recrutement peu orthodoxes, comme celui de prisonniers et d’employés de sociétés d’État qui ont reçu l’ordre d’envoyer certains de leurs employés à la guerre.

Le chef du groupe mercenaire Wagner, Evgueni Prigojine, a essayé de recruter dans les prisons…

Cela révèle une pensée très primitive. Poutine exige la victoire. Les généraux viennent voir Poutine et lui disent : nous ne pouvons rien faire si nous n’avons pas 100 000, 200 000, 300 000 hommes de plus, s’il vous plaît, Vladimir Vladimirovitch, donnez-nous plus d’hommes. Poutine répond : « Je vais vous donner plus d’hommes, mais vous devez être à la hauteur sur le champ de bataille. » Sur le papier, cela pourrait ressembler à un plan. En réalité, nous en connaissons déjà les failles. Poutine a beaucoup de mal à admettre ses défauts, ce qui signifie qu’il va simplement essayer la tactique la plus primitive disponible.

Mais le mécontentement va grandir. Nous voyons des tensions émerger dans la société à ce sujet. Et je me souviens des années 1980 avec la guerre d’Afghanistan et des années 1990 avec la guerre de Tchétchénie. Les Russes sont très habiles pour échapper au repêchage militaire. C’est un véritable jeu du chat et de la souris. Il n’y a pas assez d’hommes en bonne santé et prêts au combat. Je pense que la qualité de la main-d’œuvre est bien inférieure à ce que le régime espère. En revanche, l’armée ukrainienne est très expérimentée, entraînée et équipée d’un armement occidental avancé.

Ce que vous décrivez est un jeu où tout le monde ment à tout le monde. C’était clair le soir du 21 février, lorsque Poutine a réuni ses hommes et une femme du Conseil de sécurité. Ils avaient tous l’air terrifiés, se demandant ce qu’il allait annoncer. Vous dites que cela ne peut être qu’un échec. Vous attendez-vous à des protestations organisées dans certaines villes ? Vous attendez-vous à davantage de perturbations qui pourraient devenir une menace pour le régime, pour les administrations locales ? Quand le Kremlin comprendra-t-il qu’avec cette mobilisation, et en poursuivant la guerre, il risque de perdre ce dont il a le plus besoin, à savoir une population passive ?

Nous ne devons pas nous attendre à de grandes explosions de protestations visibles dans un avenir proche, car les gens ont très peur. Pensons à l’horrible année 2021, où la majeure partie de l’opposition organisée a été détruite : Alexeï Navalny est en prison, d’autres personnes sont en prison, de nombreuses autres font l’objet d’enquêtes criminelles et sont contraintes à l’exil. Les gens regardent tout cela et se disent : « Si Navalny, Vladimir Kara-Murza, Ilya Yashin et d’autres opposants sont en prison, puis-je à moi seul m’opposer à ce système ? » Lorsque le réseau Navalny était actif, il existait une organisation qui pouvait servir de moteur à la protestation. Pour le FSB, les manifestations spontanées sont les plus faciles à réprimer…

Les gens essaient de quitter la Russie, mais souvent ils ne peuvent pas le faire. Donc, la peur augmente. La peur peut paralyser ou générer la panique.

Les gens n’ont pas envie de passer ne serait-ce qu’un an en prison, ils préfèrent peut-être partir à la guerre, c’est la psychologie. Je ne m’attends pas à de grandes manifestations. Mais la mobilisation fera évoluer l’attitude des gens à l’égard de Poutine. Pas seulement parce que les hommes recrutés le sont contre leur gré, mais en raison aussi des problèmes économiques : la bourse s’est à nouveau effondrée.

Cela signifie que les critiques montent contre Poutine.

Oui, mais il y a la question de savoir ce que les gens peuvent faire, car il n’y a pas de prise de décision collective. Tout est très compartimenté. Et chacun gère sa propre zone étroitement désignée. Certains de mes amis travaillent encore pour les services de l’État. Quand je leur parle, je sens une atmosphère de peur plus forte qu’au sein des cercles d’opposition. Je leur pose en plaisantant la question suivante : quand comptez-vous enfin renverser Poutine ? Et ils me répondent : « Écoutez, nous ne pouvons même pas discuter de notre mécontentement concernant Poutine lors de réunions en petit format, car il est fort probable que cela soit enregistré et rapporté. Une réunion d’un groupe de trois, quatre, cinq ou six fonctionnaires discutant de leur mécontentement face à l’état du pays et de leur volonté d’y remédier sera certainement rapportée à Poutine. »

Vous pensez que la fin du régime de Poutine prendra du temps. Pourtant, les critiques ouvertes à l’encontre de Poutine et du commandement militaire sont de plus en plus nombreuses dans votre pays. Depuis que le Kremlin a revendiqué « l’annexion » de quatre régions d’Ukraine, la résistance à la mobilisation s’accroît, l’armée russe semble désorganisée, et l’armée ukrainienne mène sa contre-offensive avec succès. Ne pensez-vous pas que l’évolution pourrait s’accélérer en Russie ?

Le principal ennemi du monde libre, ce sont les attentes irréalistes. Les gens veulent tout, vite et tout de suite. Vaincre Poutine en Ukraine rapidement, le renverser en Russie dès que possible. Certains disent que si les sanctions n’ont pas arrêté Poutine en quelques mois, cela signifie qu’elles « ne fonctionnent pas », ce qui est profondément faux. Nous devons nous calmer et ne pas être impatients. Vous voyez comment les Ukrainiens avancent pour reprendre les territoires occupés ? Ils le font prudemment, prennent leur temps, s’assurent que tous les préparatifs nécessaires ont été faits et que l’ennemi est épuisé, et ils avancent au moment le plus favorable, sans se soucier de savoir si leur timing satisfait ou non l’impatience de quelqu’un. Nous devrions nous comporter de la sorte en Russie. L’organisation de la résistance et la création d’un élan prennent du temps. Ce que nous voyons, ce sont de bons signes indiquant un mécontentement croissant, mais les protestations ne sont pas encore mûres et elles sont relativement faciles à écraser. Oui, Poutine perd rapidement des territoires en Ukraine — mais il faudra encore beaucoup d’efforts et de temps pour reconquérir tous les territoires occupés. Son système est affaibli, mais il est encore fort. Poutine est toujours debout. Nous devons être patients, ne créons pas d’attentes irréalistes en matière de délais, car cela n’aboutira qu’à notre propre déception, et ne nous aidera pas à vaincre réellement Poutine.

Vladimir Poutine lors d'un concert marquant “l'annexion” des territoires ukrainiens le 30 septembre 2022.

Vladimir Poutine lors d’un concert marquant “l’annexion” des territoires ukrainiens le 30 septembre 2022. // Photo: kremlin.ru

Ces dernières semaines, nous avons vu plusieurs cas d’attaques publiques contre Poutine lui demandant de quitter le pouvoir. En septembre, il y a eu les lettres des élus municipaux de Saint-Pétersbourg et Moscou. Et le Conseil des droits de l’homme a également demandé à Vladimir Poutine, en sa qualité de président de la Fédération de Russie, s’il était vrai qu’il envoyait des criminels emprisonnés se battre en Ukraine.

Les élus municipaux n’ont aucune autorité. Les conseils municipaux de Moscou et de Saint-Pétersbourg ont été dépouillés de toute autorité au cours des vingt dernières années. Leur pouvoir est symbolique. D’une manière générale, la nomenclature est le dernier endroit où vous verrez un mécontentement ouvert, car ils ont très peur, et ils ne peuvent pas faire grand-chose. Poutine s’est préparé à un siège. Il dispose d’une garde présidentielle de 30 000 à 50 000 hommes, bien entraînée, bien payée et bien équipée, le Service fédéral de protection (l’acronyme russe est FSO), à ne pas confondre avec la Garde nationale. Poutine a transféré le système de contrôle des communications au FSO, de sorte qu’il peut écouter les conversations de n’importe qui. Ce n’est plus sous le contrôle du FSB. J’entends des spéculations selon lesquelles les généraux pourraient déposer Poutine. Mais, avant que les généraux ne soient autorisés à entrer dans la pièce de Poutine, ils sont tous désarmés.

Le Service fédéral de protection est donc la meilleure protection de Poutine.

Oui, ce Service est dirigé par le Major Général Dmitry Kochnev. Ses gens sont les seuls à savoir où se trouve Poutine, physiquement, à tout moment. Il voyage constamment entre ses résidences : Novo-Ogarevo, Sotchi, Valdaï, Altaï, partout.

Que pensez-vous du gouvernement ?

Ces dernières années, Poutine a écarté du gouvernement tous ceux qui étaient un peu indépendants ou influents, et les a remplacés par des technocrates dociles. Souvenez-vous, il y a quinze ans, nous avions Alexeï Koudrine comme ministre des finances, Guerman Gref comme ministre de l’économie, Sergueï Ignatiev, qui faisait autorité parmi les économistes, comme président de la Banque centrale. Maintenant, le ministre des finances est un béni-oui-oui, Anton Siluanov. À la Banque centrale — une fidèle béni-oui-oui, Elvira Nabioullina. Telle est la tendance. Poutine s’est débarrassé de toute personne ressemblant de près ou de loin à un challenger potentiel.

Venons-en maintenant aux sanctions qui mordent davantage depuis le début de la guerre. Dans quelle mesure les sanctions sont-elles efficaces pour influer sur la nomenclature et l’élite dirigeante ? Devons-nous opter pour davantage de sanctions, et lesquelles ?

Tout d’abord, les sanctions sont très efficaces. Elles ont un effet profond sur l’économie. Et si vous voulez parler de l’influence sur la nomenclatura, ses membres ont l’impression que la Russie a été complètement coupée du monde civilisé sur tous les fronts, personnellement, individuellement, financièrement, technologiquement, logistiquement et commercialement. C’est un cas majeur de « démondialisation » d’un grand pays, d’une grande économie, qui ne s’est jamais produit dans cette ampleur. Lorsque des sanctions ont été introduites contre l’Iran, la Corée du Nord ou Cuba, ces pays n’étaient pas vraiment mondialisés ni intégrés et ne jouaient pas un rôle majeur dans l’économie mondiale. Mais la Russie l’était. Donc, cette déconnexion est un bouleversement très important pour tous ces gens. Ils avaient une carrière, ils ont construit leur réputation et leur richesse, et ensuite ils ont pu installer leurs familles en Occident. Tout cela est détruit maintenant. Ils sont tous piégés dans une sorte de camp de concentration sous la supervision du FSB, sans avenir. Il n’y a aucune chance que les choses changent ou s’améliorent.

L’Occident peut-il faire plus ? Oui, bien sûr. Moi-même et d’autres figures de l’opposition discutons d’un grand nombre d’idées spécifiques avec des conseillers et des gouvernements occidentaux. L’infrastructure numérique russe est tellement dépendante de l’Occident que vous avez la possibilité de mettre hors service le système bancaire, le système de communication, etc. J’ai consacré un article à l’effet des sanctions. Je continuerai à en écrire d’autres. Les sanctions ont un effet d’étranglement progressif. Beaucoup de gens ont cette illusion que les sanctions doivent avoir un effet instantané, conduisant Poutine à reconsidérer sa politique. Cela ne se produira pas. Poutine est très têtu. Son appareil répressif et sa propagande sont prêts à maquiller les défaites et les échecs. Poutine ne cesse d’aggraver la situation. Nous devons donc envisager les sanctions avec réalisme. Elles sont un instrument très sérieux et efficace, mais c’est un instrument d’épuisement, d’attrition de Poutine. Il faut comprendre que Poutine croit en sa suprématie en matière de ressources, qu’il s’agisse du pétrole et du gaz ou d’un stock illimité d’équipements soviétiques, d’obus, de roquettes, de missiles.

L’homme n’est pas bien dans sa tête ?

En effet. Il croit qu’il peut survivre à l’Occident dans cette impasse prolongée. Il a tort. Les sanctions jouent un rôle clé. Elles conduiront à un effondrement progressif de secteurs importants de l’économie russe, de la société, du niveau de vie, et c’est déjà en cours. Les principales industries sont arrêtées ou bien leur production est considérablement réduite. Si vous regardez le tableau industriel, comme les constructeurs automobiles, les transports, la construction de machines, la fabrication de locomotives, de wagons, de moteurs, de moteurs à combustion interne, de moteurs électriques, tout est en panne. Plus l’équipement est complexe, plus il dépend de la coopération internationale et des fournisseurs de technologies et de pièces détachées, plus l’impact des sanctions est important. Ces industries sont également très intensives en emplois. Les industries primitives de substitution des importations, comme l’aviculture, ne génèrent pas beaucoup de nouveaux emplois. En revanche, la construction de machines en génère beaucoup. Elle représente environ 40 % de tous les emplois dans l’industrie manufacturière.

Beaucoup en Europe sont arrivés à la conclusion que les sanctions imposées en 2014 après l’annexion de la Crimée et l’occupation partielle du Donbass n’ont pas empêché Poutine de lancer une guerre totale en Ukraine huit ans plus tard. Les sanctions ne sont pas destinées à arrêter Poutine, mais plutôt à exercer une pression croissante dans une guerre d’usure ?

L’Occident a fait un travail remarquable en matière de sanctions, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous devons mieux en comprendre les effets actuels, ce qui peut et doit encore être fait et améliorer nos politiques. Maintenant, un point intéressant sur ce qui aurait dû se passer après 2014. Je suis enclin à penser que ce ne sont pas les sanctions qui auraient pu empêcher Poutine d’agresser l’Ukraine en 2022, mais une politique totalement différente concernant l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et l’armement de l’Ukraine. L’Occident a délibérément retardé l’armement de l’Ukraine, c’était une terrible erreur de la part des services de renseignement américains et de l’Occident, parce qu’ils pensaient que, en cas de l’invasion russe, l’Ukraine perdrait en quelques jours et que cela ne valait pas la peine de lui fournir des équipements militaires. Ils auraient dû armer l’Ukraine dès après l’invasion de la Crimée et du Donbass.

Je pense que l’inaction de l’Occident a joué un rôle majeur dans la décision de Poutine d’envahir le pays en février 2022. Il pensait que l’Ukraine était faible militairement. Si l’Ukraine avait été correctement armée, nous n’aurions probablement pas vu tout cela se produire. Les gouvernements occidentaux auraient dû adopter une position totalement différente concernant l’admission de l’Ukraine à l’OTAN. Il y a longtemps que l’Ukraine méritait au moins un plan d’action pour l’adhésion (MAP).

Vous avez critiqué les accords de Minsk, dès le début.

Oui, bien sûr, car les accords de Minsk faisaient partie du problème. Ils ont permis à Poutine de respirer. Cette erreur ne doit plus jamais être répétée, car il était très clair dès le début qu’il reviendrait et frapperait à nouveau.

Vous êtes un fin connaisseur de l’énergie, comment voyez-vous les autorités russes faire face au défi énergétique, lorsque nous cesserons, petit à petit, d’acheter des hydrocarbures à la Russie ?

Il s’agit d’un défi aux proportions énormes, car il n’y a pas de marché alternatif en dehors de l’Europe pour le pétrole et le gaz russes ; il n’y a que du pétrole à une échelle limitée en Asie et cela s’accompagne d’énormes remises, car il n’y a pas d’énorme besoin de pétrole en Asie pour accueillir tous ces gros volumes en provenance de Russie. Les acheteurs asiatiques, les entreprises, sont des gens très pragmatiques. Ils sont parfaitement conscients des difficultés dans lesquelles se trouvent les Russes. Ils exigent donc des remises importantes. L’écart de prix actuel entre le Brent et l’Urals est d’environ 25 dollars. Il était de plus de 35 dollars ces derniers mois, c’est donc à ce prix de rabais que les Russes sont obligés de vendre du pétrole à l’Asie, à la Chine et à d’autres pays, alors que les coûts de transport sont nettement plus élevés. Pour le gaz, il n’y a même pas d’infrastructure. Pour la construire, il faut des centaines de milliards de dollars, et beaucoup de temps.

L’Europe était un marché très généreux, à proximité, avec une infrastructure bien développée, qui générait de gros profits. Le marché asiatique ne produira pas de bénéfices importants : la Russie tirera de la vente de ses hydrocarbures en Asie des revenus beaucoup plus modestes que ceux perçus en Europe.

Lors de la réunion de l’Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand, à la mi-septembre, nous avons observé que Poutine n’était plus traité avec déférence par les dirigeants chinois, indiens, turcs et kirghizes. Ils ne sont pas d’accord avec sa guerre d’agression.

Oui, ces dirigeants lisent le langage corporel de Poutine. Ils voient que la Russie est en position de faiblesse. Ils ne veulent pas rompre les liens avec Poutine mais utilisent la Russie à leur propre avantage. Il n’y a pas d’alliance autour de Poutine, mais un certain nombre de pays non alignés qui sont assez pragmatiques, parfois cyniques, poursuivant leurs intérêts égoïstes. Aucun pays du monde ne s’aligne sur Poutine, sauf la Corée du Nord, le Bélarus, la Syrie.

Pensez-vous que, dans un avenir proche, vous pourriez avoir une bonne raison de former un gouvernement en exil ?

Avec mes collègues de l’équipe de Navalny, nous sommes contre l’idée d’un gouvernement en exil, car fondamentalement nous ne voulons pas des pouvoirs qui ne nous auraient pas été donnés par le peuple.

Ou un cabinet de transition en exil, comme celui du Bélarus démocratique ?

La position de [la dirigeante du Bélarus démocratique] Svetlana Tsikhanouskaya est différente, car elle s’est présentée contre Loukachenko à l’élection présidentielle du 9 août 2020, et elle a gagné. Elle a la légitimité parce qu’elle a reçu le soutien d’une grande majorité de Bélarusses.

Nous ne voulons pas revendiquer des pouvoirs qui ne nous ont pas été donnés par le peuple. Nous avons également une longue expérience de la formation de différents organes de coordination de l’opposition. Les tentatives d’unification immédiate risquent de provoquer des luttes intestines inutiles pour déterminer qui est le chef, qui a le plus d’influence, etc. Nous pensons que, pour l’instant, il vaut mieux que chacun d’entre nous s’acquitte de la tâche qu’il accomplit le mieux : diffuser des émissions pour les Russes qui veulent entendre notre message et qui sont encore à l’intérieur du pays, changer les esprits dans le pays grâce à notre influence, interagir avec les gouvernements occidentaux et améliorer leur vision de la politique de sanctions, demander aux Russes vivant à l’étranger ou en exil toute contribution positive qu’ils peuvent apporter.

Notre position ferme est ce pour quoi nous nous sommes toujours battus : des élections libres et équitables en Russie. Nous pensons que nous serons en bonne position pour prendre part à la future gouvernance et contribuer à réformer la Russie, à en faire un pays normal en paix avec le monde. Mais le mandat pour cela devrait nous être donné par le peuple de Russie lors d’une élection libre, pas avant.

Partager cet article

LinkedIn Reddit

À lire également