Les propagandistes russes se réjouissent de la mort d’Israéliens

Depuis le début de l’attaque du Hamas contre Israël, nous observons avec incrédulité les réactions des officiels et des médias russes sur le pire massacre dans l’histoire d’Israël. La position officielle est exprimée dans le refus de condamner le Hamas au Conseil de sécurité de l’ONU, alors que les médias se déchaînent contre Israël et jubilent d’une joie mauvaise (Schadenfreude) face à une tragédie sans nom. La créatrice de Russian Media Monitor, Julia Davis, nous en donne un premier aperçu.

Alors que le monde occidental a réagi avec horreur aux scènes déchirantes des tireurs du Hamas s’attaquant aux civils israéliens le 7 octobre, la réaction en Russie a été nettement différente.

Les propagandistes soutenus par le Kremlin ont célébré les combats comme une distraction pour détourner de l’Ukraine les yeux de l’Occident, ils ont élaboré de nouvelles théories du complot pour expliquer l’événement et se sont réjouis de l’inconfort et de la peur des Juifs russes qui ont émigré en Israël.

Rien ne prouve pour l’instant que la Russie était au courant de l’imminence de l’attaque, bien qu’elle ait entretenu des liens avec le Hamas. En mars, le Hamas aurait envoyé une délégation de haut niveau en Russie et se serait entretenu avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avertissant le Kremlin que la « patience » du groupe à l’égard d’Israël était « à bout ». Des personnalités du Hamas se sont également rendues en Russie en mai et en septembre 2022. Le groupe a déclaré que son attaque avait été soutenue par l’Iran et d’autres pays, sans toutefois les nommer.

Si le Kremlin n’est pas directement impliqué, beaucoup de citoyens russes sont ouvertement antisémites, de même que de hauts fonctionnaires. Le correspondant militaire Dmitri Stechine, connu pour ses déclarations ouvertement génocidaires sur les Ukrainiens, a publié sur sa chaîne Telegram Roussky Tarantas qu’il ne devrait y avoir « aucune goutte de pitié ou de sympathie » pour les Israéliens, y compris les anciens citoyens russes. M. Stechine a exprimé un ressentiment vis-à-vis des personnes qui ont quitté la Russie pour Israël, les qualifiant de « relocalisées ».

Il a écrit : « Nous sommes restés ici et nous avons encore du sang jusqu’aux genoux. Que ceux qui sont responsables de nos larmes le vivent aussi ! Ou qu’ils s’enfuient, pour rafraîchir leur mémoire historique. Mes salutations aux relocalisés ! »

Sergueï Mardan, l’un des propagandistes russes les plus connus et animateur de l’émission éponyme sur la chaîne publique Soloviov Live, a écrit sur sa chaîne Telegram qu’il était content pour les Russes ayant déménagé en Israël parce qu’ils ne voulaient pas vivre dans un pays en guerre avec ses voisins.

Il a ajouté : « Ce désordre est bénéfique pour la Russie, car le crapaud mondialiste sera distrait de l’Ukraine et sera occupé à essayer d’éteindre l’éternel incendie du Moyen-Orient ». Mardan a expliqué : « L’Iran est notre véritable allié militaire. Israël est un allié des États-Unis. Il est donc facile de choisir un camp ! » 

Au cours de son émission, l’animateur a fait une comparaison étrange entre la Palestine et la Russie, affirmant que la Russie « est occupée depuis 1991 » et qu’elle ne cherche qu’à corriger la situation. Les propagandistes russes affirment fréquemment que l’Ukraine « occupe » les terres russes et que la Russie se bat pour les récupérer.

La directrice de RT, Margarita Simonian, a écrit sur son compte X/Twitter : « Le pays qui n’est pas en guerre avec ses voisins est à nouveau en guerre avec ses voisins. Nous attendons l’exode des pacifistes russes. Mais nous ne retiendrons pas notre souffle. »

Boris Yakemenko, animateur de l’émission Morning Z sur Soloviov Live, a attribué la violence aux questions de genre (sans doute une référence aux débats sur les LGBT+ en Occident), déclarant : « Ce qui se passe aujourd’hui dans différents coins de la planète montre que le monde est arrivé à un point dangereux, au-delà duquel se trouve le nouveau monde. Son franchissement sera précédé de pertes horribles, en raison d’un sentiment d’injustice totale, de folie, d’un manque total de compréhension de ce qui se passe, avec tous ces genres, avec tous ces phénomènes étranges ! »

M. Yakemenko a lu les messages caustiques des membres de son auditoire, se demandant quelle citoyenneté les délocalisés russes choisiraient cette fois-ci. Il s’est adressé à ses anciens compatriotes russes en leur disant : « Allez-y, courez, ou cachez-vous dans des abris antiaériens. »

davis2
Soloviov Live, capture d’écran // Russian Media Monitor

Lors de son émission du 7 octobre, Vladimir Soloviov a décrit l’attaque du Hamas comme une « gifle retentissante » à Israël et à ses services de renseignement, attribuant toute la faute à l’Amérique en tant que « garant de la paix dans la région » et accusant sans fondement l’Ukraine d’avoir fourni des armes au Hamas. (Le principal fournisseur d’armes du Hamas est en fait l’Iran1).

Ces accusations ont été répétées dans les médias d’État russes, malgré leur illogisme militaire, et malgré le soutien clair de l’Ukraine à Israël, sans parler des immenses difficultés d’acheminement des armes vers Gaza.

Le correspondant militaire Alexander Kots a discuté de ce sujet dans le journal Komsomolskaïa Pravda et a clairement indiqué qu’il ne soutenait ni Israël ni les Palestiniens. Kots a ensuite poursuivi en disant : « En cas de conflit, il est prévu que nous soyons du côté de quelqu’un. Je ne veux pas prendre parti pour l’un ou l’autre camp. L’un aide Kiev à s’armer et à lutter contre les troupes russes, tandis que l’autre prend des civils en otage et maltraite leurs cadavres. Et, à en juger par les images qui nous parviennent de là-bas, ils violent également les femmes soldats de l’armée israélienne. Un fléau pour vos deux maisons ! »

L’ancien conseiller de Poutine, le politologue Sergueï Markov, a ajouté une affirmation surnaturelle en accusant les émigrés russes d’apporter la guerre à Israël car ils « portent la poisse » dans tous les pays où ils se réfugient. Il a déclaré : « La Russie appelle à la paix, mais comprend que la guerre est inévitable. »

Il a continué : « L’Union soviétique a aidé les Palestiniens pendant de nombreuses années. Israël a pour principal allié les États-Unis, qui sont également l’ennemi principal de la Russie à l’heure actuelle. L’allié de la Russie, l’Iran, est un allié du Hamas. La Russie bénéficiera de la hausse des prix du pétrole à la suite de cette guerre. Tous les conflits pour lesquels les États-Unis et l’UE doivent dépenser des ressources sont bénéfiques pour la Russie, car ils réduisent les ressources envoyées au régime russophobe d’Ukraine. »  

Marat Boulatov, qui présente Day Z sur Soloviov Live, a décidé de commencer l’émission par une nouvelle plus importante. Il a félicité le président russe Vladimir Poutine à l’occasion de son 71e anniversaire. M. Boulatov a ensuite appelé M. Poutine « notre patron, notre commandant en chef, notre président et notre souverain ». Il a déclaré au public : « Nous devons être avec notre président, avec notre pays, sinon nous pourrions vivre quelque chose comme ce qui se passe en Israël. » M. Boulatov a prétendu de manière absurde que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou « appelait au djihad » contre la Palestine et a lu plus tard le message d’un téléspectateur qui disait : « Nous appelons la Palestine à continuer ! »

Nina, de Saint-Pétersbourg, a envoyé un message que M. Boulatov a lu à haute voix : « Ce n’est pas comme l’année dernière, lorsque le pont de Crimée a été détruit pour l’anniversaire de Poutine. Nous n’avons que de bonnes nouvelles aujourd’hui ! » L’animateur a répondu : « Oui, je suis tout à fait d’accord ! »

Traduit de l’anglais par Desk Russie

Version originale

Nous remercions l’autrice et le site cepa.org pour l’autorisation de publier la traduction française. 

Julia Davis est chroniqueuse au Daily Beast et créatrice du Russian Media Monitor. Elle est membre de l'Académie des arts et des sciences de la télévision, de la Screen Actors Guild et de Women In Film.

Notes

  1. Selon certaines sources, le Hamas aurait également reçu, par l’intermédiaire du général Khalifa Haftar, des armes apportées en Libye par des membres de la compagnie Wagner. [NDLR]

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

L’historien Anatoli Podolsky : « Hitler a tué les Juifs d’Ukraine, et Staline, leur mémoire »

Dans cet entretien aux accents très personnels, le fondateur du Centre ukrainien de recherches sur l’Holocauste raconte comment l’Ukraine indépendante est en train de récupérer sa mémoire juive occultée pendant la période soviétique.

Quand les gens de la culture sont pourchassés à travers le monde

Le Kremlin a échoué à faire expulser le groupe de rock Bi-2 de Thaïlande. Les ambassades russes à travers le monde sont mobilisées pour rendre la vie difficile aux artistes émigrés opposés à la guerre, surtout à ceux qui soutiennent l'Ukraine.

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

Réflexions sur l’attentat de Krasnogorsk

L’ampleur et l’atrocité de l’attentat de Krasnogorsk ont secoué le monde, en faisant ressurgir des images sanglantes d’autres...