Les présidents ukrainien, polonais et lituanien rendent visite à l’unité militaire conjointe lituano-polonaise-ukrainienne Litpolukrbrig en février 2019. Photo : ministère ukrainien de la Défense

Les présidents ukrainien, polonais et lituanien rendent visite à l’unité militaire conjointe lituano-polonaise-ukrainienne Litpolukrbrig en février 2019. Photo : ministère ukrainien de la Défense

Rubrique

La Russie pose à l’Europe un défi qui date essentiellement du XIXe siècle : une menace pour la souveraineté des nations en redessinant leurs frontières nationales par la force conventionnelle. Moscou soutient ce défi, plus ou moins implicitement, avec une capacité nucléaire du XXe siècle. Le système de sécurité européen, avec sa garantie stratégique transatlantique, est construit pour contrer la seconde réponse, mais s’est largement débarrassé de la boîte à outils — militaire, politique, intellectuelle — permettant de répondre à la première.

Paris et Berlin, Vienne et Rome sont contraints par leurs électeurs, ainsi que par les règles de bonne conduite européenne, de ne pas entreprendre de charges de cavalerie, de « montrer le drapeau » et de se contenter d’escapades militaires limitées. Mais pour répondre à Moscou de manière adéquate, on pourrait vouloir restaurer rapidement une partie de cette capacité de « signalisation » du XIXe siècle. Nulle part ailleurs cela n’est plus urgent que dans le domaine de la sécurité. Le passage du HMS Defender près de la Crimée en juin 2021 a été très proche de cette action de « signalisation » de l’époque des cuirassés.

Le Kremlin aime se présenter comme une superpuissance nucléaire, souhaitant faire jeu égal avec les États-Unis. Les États-Unis rejettent souvent cette position, en soulignant l’infériorité économique et matérielle de la Russie en tant qu’État (son PIB, de la taille de celui de la Corée du Sud et inférieur à celui de l’Italie, est souvent mentionné). Du point de vue de Washington, une telle attitude peut être justifiée, mais pour les voisins de la Russie, la pression militaire et sécuritaire constante est plus qu’une simple nuisance — c’est une menace crédible pour la sécurité.

L’alliance atlantique, construite pour répondre aux défis du XXe siècle et soutenue par les États-Unis, ne peut et ne doit pas répondre coup pour coup aux escapades de la Russie — ce serait en effet irresponsable. Mais que se passerait-il si l’Europe abandonnait son mantra « pas d’alternative au dialogue » et apportait une réponse régionale proportionnelle au défi régional que pose la Russie ? Cela fonctionnerait-il, et à quoi pourrait ressembler une telle réponse ?

La Turquie offre un exemple récent de la recherche par la Russie d’un compromis avec une puissance régionale non nucléaire, une fois que celle-ci a montré sa volonté d’utiliser l’appareil sécuritaire et militaire au détriment des intérêts russes. Après que la Turquie a abattu un avion militaire russe en novembre 2015 près de la frontière turco-syrienne, le Kremlin a immédiatement procédé à une désescalade. En outre, les deux pays ont rapidement redécouvert leur modus vivendi d’« ennemi amical » du XIXe siècle et ont géré — avec un succès relatif — les relations à travers les anciens territoires de l’Empire ottoman. La Russie a même concédé à la Turquie un rôle en permettant à son allié militaire et sécuritaire — l’Azerbaïdjan — de regagner du terrain dans le Caucase du Sud par des moyens militaires et avec la participation directe de personnel turc.

Les Européens de l’Est peuvent regarder attentivement et en tirer une leçon : Moscou comprend le langage du défi régional proportionnel en matière de sécurité militaire et y répond de manière rationnelle. Que pourrait impliquer une telle réponse dans le voisinage européen de la Russie ?

Laissons-nous la possibilité de spéculer — après tout, les réponses purement tactiques au défi russe sont vouées à l’échec. Envisageons une alliance — appelons-la « Traité d’alliance des voisins ennuyés de la Russie » (TAVER) — qui se structurerait autour du noyau de la Pologne et de l’Ukraine, plus les États baltes, la Moldavie et la Géorgie. Ces pays pourraient convenir de mettre en commun leurs capacités de renseignement, d’analyse et de sécurité militaire, ainsi que de développer conjointement des capacités de résilience dans les domaines de la cybersécurité et de la lutte contre la désinformation. Il est important de noter que le TAVER devrait contenir une clause de coopération militaire permanente et la promesse de se défendre mutuellement en cas d’attaque contre le territoire et/ou la souveraineté d’un pays. Bien sûr, le TAVER aurait encore plus de punch et d’influence si les nations nordiques — Norvège, Suède et Finlande (et Canada ?) — s’y joignaient, même en tant que membres associés.

Une telle alliance permettrait de résoudre plusieurs problèmes stratégiques, tactiques et pratiques. Les États-Unis ne seraient pas tenus par leur arsenal nucléaire de défendre le TAVER. Dans le même temps, la Pologne et les États baltes continueraient à être couverts par le bouclier de l’article 5 en cas d’attaque sur leur territoire, mais pourraient répondre conjointement et séparément à tout défi en deçà du seuil de cet article (comme la Turquie l’a fait en Syrie). L’OTAN serait en mesure d’éluder l’épineuse question de l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie, alors même que leur posture de sécurité s’en trouverait globalement améliorée. Les pays qui seraient des membres essentiels du TAVER devraient accepter le coût de l’engagement de leurs troupes dans une confrontation militaire — mais pour beaucoup d’entre eux, une telle confrontation a déjà eu lieu ou est en cours. Pour d’autres, un tel engagement serait réaliste si les crises actuelles ne sont pas désamorcées de manière proactive.

Étant donné que le TAVER s’inspirerait des normes de l’OTAN pour la gestion de l’appareil militaro-sécuritaire, et compte tenu de l’expérience des acteurs militaires responsables comme la Pologne, les États-Unis et les pays d’Europe occidentale seraient moins réticents à fournir des équipements militaires de haute technologie, y compris létaux, au TAVER. Dans le même temps, même sans transferts directs d’armes, le soutien aux industries militaires combinées de la Pologne et de l’Ukraine pourrait conférer à l’alliance une autosuffisance dans d’importants domaines militaro-industriels, des armes légères aux hélicoptères d’attaque et aux avions de transport.

Y a-t-il des risques ? Certainement. La possibilité d’un contact cinétique entre les forces russes et les forces TAVER augmenterait à court terme, car le Kremlin serait susceptible de tester la détermination de cette alliance. La Russie continuerait également à jouer les capitales d’Europe occidentale contre les pays de l’Est plus « téméraires », ce qui pourrait également trouver un écho auprès des électeurs occidentaux.

Pourtant, donner aux États du TAVER la capacité de se défendre de manière proactive contre le défi militaire et stratégique de la Russie pourrait renforcer le flanc oriental de l’UE et lui offrir une plus grande flexibilité stratégique et des outils de négociation, ainsi que plus de temps pour façonner sa politique à long terme avec la Russie. Quel qu’en soit le coût à court terme, il serait moins dommageable pour la sécurité européenne à long terme qu’un échec potentiel de la dissuasion en vertu de l’article 5 de l’OTAN.

Tags