Seule une défaite militaire en Ukraine peut arrêter Poutine

Par Alexandre Skobov, historien, ancien prisonnier politique soviétique.

M’adressant non seulement aux émigrés politiques, mais aussi à ceux qui restent en Russie, je suis conscient que pour ces derniers, signer un tel appel peut signifier la prison. Mais les « sept courageux » qui sont sortis sur la Place Rouge en 1968 pour protester contre l’invasion de la Tchécoslovaquie savaient qu’ils risquaient la prison. Pesez ce que vous pouvez sacrifier pour arrêter un nouveau fléau fasciste. Une guerre fait rage. Et à la guerre, il faut parfois attirer le feu sur soi.

Je m’adresse à toutes les personnalités publiques en exil et en Russie ayant une autorité et une influence. Je propose de compiler et de signer un appel collectif aux dirigeants des pays occidentaux, qui, d’une manière ou d’une autre, refléterait les thèses suivantes.

  1. Poutine ne veut pas seulement mettre l’Ukraine à genoux. Il veut mettre à genoux l’ensemble du monde civilisé. Il veut imposer un « nouvel ordre mondial » sans restrictions légales sur l’emploi de la violence. Basé sur le diktat et l’arbitraire du prédateur. Dans ce monde, la liberté et la sécurité ne seront garanties pour personne.
  2. C’est un « ordre mondial » similaire à celui qu’Hitler avait tenté d’imposer. Et la menace que représente Poutine pour la civilisation humaine est au moins aussi grande que celle que représentait Hitler.
  3. Tout comme Hitler n’a pu être arrêté par l’apaisement, les concessions et les compromis, Poutine ne peut être arrêté. La diplomatie, les exhortations, les appels à la paix sont inutiles ici. Poutine poursuivra sans relâche son objectif, et les tentatives des pays de l’OTAN d’éviter à tout prix une confrontation militaire directe avec lui ne feront qu’accroître son appétit et faire « monter les enchères », vers une nouvelle escalade.
  4. Si le monde libre reste les bras croisés alors qu’une Ukraine exsangue se bat seule pour sa liberté, sa sécurité et son bien-être, cela signifiera l’effondrement moral et politique de la communauté occidentale et l’instauration du « nouvel ordre mondial » de Poutine. Par ailleurs,le bain de sang en cours au coeur de l’Europe entraînera les pays de l’OTAN dans un conflit direct, tôt ou tard, mais dans des conditions bien pires qu’aujourd’hui..
  5. Aujourd’hui seule une défaite militaire en Ukraine peut arrêter Poutine. Il peut être arrêté par des pertes inacceptables en Ukraine sur les champs de combat. Nous appelons les dirigeants du monde libre à :
  6. Passer d’une politique de sanctions à une politique de blocus économique complet de la Russie ;
  7. Établir un blocus diplomatique complet de la Russie et refuser de négocier avec Poutine de quelque manière que ce soit ;
  8. Qualifier explicitement Poutine de nouvel Hitler, en rappelant que la communauté occidentale actuelle est issue de la coalition anti-Hitler ;
  9. Fournir immédiatement à l’Ukraine une aide à grande échelle sous forme d’armes, de systèmes modernes de défense anti-aérienne, d’avions de combat et de volontaires ;
  10. Si ces mesures ne suffisent pas, déclarer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine.

Ancien dissident et prisonnier politique soviétique. Après sa libération en 1987, il a enseigné l’histoire à l’école et participé aux activités de diverses associations d'opposition. Homme de gauche, il est un blogueur influent et chroniqueur régulier pour les sites grani.ru et kasparov.ru.

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

Comment réarmer l’Europe et la démocratie ?

Desk Russie publie le discours introductif de Laure Mandeville, prononcé le 30 juin 2023 à l’occasion de la cinquième édition des Conversations Tocqueville intitulée : « L’Europe demain : réarmer la démocratie ».

« La guerre, c’est mal, mais… »

Justification, explication et acceptation : comment les Russes se sont pardonné la guerre. Vajnyïé Istorii, un média indépendant russe...

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

La réouverture du front Hamas-Hezbollah contre Israël : un diabolique jeu de poupées russo-iraniennes

La réouverture d’un front sanglant contre Israël par Hamas et le Hezbollah n’est pas une énième péripétie proche-orientale. La Russie, l’Iran et le régime de Damas sont à l’arrière-plan, avec des objectifs variés mais solidaires les uns des autres.