Photo : kremlin.ru

Photo : kremlin.ru

Rubrique

La Russie d’aujourd’hui a été largement préfigurée par la coalition rouge-brun du début des années 1990, et Poutine n’en est que l’incarnation, la quintessence de l’esprit (impérial) national. Sans l’expansion de l’OTAN, nous n’aurions pas une « meilleure » Russie aujourd’hui, mais nous aurions certainement beaucoup plus de pays d’Europe centrale et orientale soumis au chantage, à l’intimidation et au démembrement, comme le sont l’Ukraine, la Moldavie ou la Géorgie.

En 1818, une jeune auteure anglaise, Mary Shelley, publiait un roman de manière anonyme, Frankenstein, qui a connu depuis lors une longue vie, tant sous forme de livre que dans le cinéma et la culture de masse. La raison de ce succès tient probablement moins à la qualité artistique de sa prose qu’à ses intuitions prophétiques. Frankenstein est devenu un symbole des forces obscures et destructrices qui échappent au contrôle de leurs créateurs, une métaphore des expériences risquées et irresponsables sur la nature et les êtres humains.

Il semble que l’expérience trentenaire de la démocratie russe ait produit un résultat tout aussi désastreux — déterminé probablement moins par la prétendue incompatibilité intrinsèque de la Russie avec la démocratie et le libéralisme que par une approche erronée et toute une série d’erreurs commises par les expérimentateurs.

Le scénario dominant promu par Moscou et soutenu, du moins jusqu’à récemment, par ses nombreux « apologistes » internationaux affirme que la Russie, depuis Mikhaïl Gorbatchev et surtout Boris Eltsine, a suivi la voie démocratique du développement (avec certaines particularités locales et, bien sûr, des imperfections) et a adopté une position amicale, ou du moins non conflictuelle, vis-à-vis de l’Occident. C’est peut-être vrai, mais il ne faut pas oublier qu’à la fin des années 1980, l’Union soviétique était en faillite, tant sur le plan économique que politique, et que Gorbatchev n’avait guère d’autre choix que d’accepter tacitement la dissolution du bloc soviétique, de l’Union soviétique et de la dictature communiste. Mais ni lui ni Boris Eltsine n’ont jamais essayé de construire une nation politique russe — une condition sine qua non pour une modernisation réussie et une protection efficace contre la nostalgie et le ressentiment impériaux.

Le sentiment d’« humiliation » que les apologistes de la Russie mentionnent souvent comme la principale raison — et, souvent, la justification — du révisionnisme de Poutine n’est en fait pas le résultat de la volonté de l’Occident de rabaisser la Russie et de profiter d’elle, mais plutôt celui de l’échec flagrant de la classe politique russe pour se débarrasser des habitudes impériales et d’une identité désuète, et moderniser le pays. En effet, l’Occident a contribué à cet échec, mais pas en termes d’« humiliation ». Il a toléré avec bienveillance le pillage rapace du pays par l’élite russe et a constamment fermé les yeux sur ses déclarations et engagements néo-impériaux.

L’Occident a tenté d’apaiser la Russie plutôt que de l’« humilier », et a élaboré des politiques à plusieurs volets dans tous les domaines possibles pour soutenir sa « démocratie naissante ». La Russie a été indiscutablement admise, sans conditions préalables, au Conseil de sécurité des Nations unies et, finalement, au G7 — même si elle ne remplissait pas les critères politiques et économiques du prestigieux club. En 1997, l’UE a signé avec la Russie un accord global de partenariat et de coopération (APC), qui a été transformé en 2011 (sous la présidence de Dmitri Medvedev) en un « partenariat pour la modernisation », bien plus ambitieux que le programme de « Partenariat oriental » (PE), plutôt timoré, conçu pour les républiques post-soviétiques occidentales. En 2002, le Conseil OTAN-Russie a été créé pour traiter des questions de sécurité et des projets conjoints — là encore, il s’agissait d’un programme plus ambitieux que tous les programmes de coopération de l’OTAN avec l’Ukraine ou la Géorgie de l’époque. En outre, pour soutenir les réformes dans la Russie post-soviétique, l’UE a approuvé dans les années 1990 l’octroi de 3 milliards de dollars à Moscou dans le cadre du programme TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of Independant States, ou Aide technique à la Communauté des États indépendants).

Ce vœu pieux a poussé l’« Occident » à fermer les yeux non seulement sur les manigances de Boris Eltsine, mais aussi sur celles de son successeur, beaucoup plus malveillant. Ils ont réservé à ce dernier une ovation au Bundestag en 2000, malgré les terribles explosions d’immeubles d’habitation à Moscou et à Volgodonsk en 1999, attribuées avec force preuves au FSB de Poutine. Ils l’ont décoré de l’ordre de la Légion d’honneur en 2006 à Paris, malgré les crimes génocidaires avérés en Tchétchénie. Ils ont répondu à son invasion de la Géorgie en 2008 et à l’occupation durable de 20 % de son territoire par une nouvelle « réinitialisation » et un partenariat pour la modernisation. Ils ont répondu encore à l’annexion de la Crimée et à l’invasion du Donbass par des sanctions légères et le puissant Nord Stream 2. Tout cela n’a fait que renforcer la confiance de Poutine et sa conviction que tous les Occidentaux sont soit des opportunistes corrompus comme lui, soit des idiots inoffensifs et pleins d’espoir.

Très peu d’experts (jugés « russophobes ») ont osé dire que la Russie de Poutine n’était pas intéressée par un quelconque partenariat. Elle aspire à la domination — peut-être pas (encore) sur l’ensemble de l’Europe, mais certainement sur sa « sphère d’influence traditionnelle ». Et comme la Russie n’a jamais eu assez de soft power pour rivaliser avec l’Occident pratiquant la « vie de voisinage », elle s’est de plus en plus appuyée sur la coercition, le chantage et les revendications propagandistes. C’est ainsi qu’est née l’histoire de la « trahison » de l’Occident, même si aucun document écrit ne prouve que l’OTAN ait promis à un moment de ne pas s’étendre vers l’est. En fait, une telle promesse n’aurait pas pu être tenue, tout simplement parce qu’elle aurait été contraire à la fois aux statuts de l’organisation et à ses principes essentiels.

La vérité est que ni l’OTAN ni l’UE n’ont jamais essayé d’attirer les États postcommunistes dans l’Union. Au contraire, leur réaction initiale aux ouvertures à l’est a été très tiède. Il a fallu beaucoup d’efforts pour persuader l’Ouest de les admettre progressivement. C’est la faute de la Russie, et non de l’Occident, si le pays est resté plus effrayant qu’attrayant pour les anciens États satellites, et si son développement post-soviétique n’a pas apaisé leurs craintes et leur méfiance. Sur le plan intérieur, le gouvernement soi-disant réformateur de Boris Eltsine a été de plus en plus contesté par la coalition « rouge-brun » des communistes non réformés et des fascistes de Vladimir Jirinovski, et les « centristes » russes ont réagi en orientant progressivement leur rhétorique et leur politique vers le néo-impérialisme. Sur le plan international, la Russie a soutenu les velléités de sécession de la Crimée, alimenté la rébellion en Transnistrie, en Abkhazie et en Ossétie du Sud, et lancé une répression militaire brutale en Tchétchénie. Seule la rareté des ressources a peut-être freiné sa volonté de devenir une grande puissance à l’époque.

Il n’est guère surprenant que les États postcommunistes aient réagi à ces développements en s’éloignant instinctivement de l’ancien et toujours impénitent maître impérial. La Russie d’aujourd’hui a été largement préfigurée par la coalition rouge-brun du début des années 1990, et Poutine n’en est que l’incarnation, la quintessence de l’esprit (impérial) national, de sa mentalité et ses instincts fondamentaux. Sans l’expansion de l’OTAN, nous n’aurions pas une « meilleure » Russie aujourd’hui, mais certainement beaucoup plus de pays d’Europe orientale soumis au chantage, à l’intimidation et au démembrement, comme le sont l’Ukraine, la Moldavie ou la Géorgie.

Les affirmations concernant les intentions exprimées par la Russie de rejoindre l’UE et l’OTAN sont encore plus infondées. Là encore, aucun document ne le prouve ; ce qui ressort clairement de toutes les paroles et de tous les actes de la Russie, c’est qu’elle n’a jamais été prête à devenir membre d’une quelconque organisation. Jusqu’à présent, quelle que soit l’organisation dont la Russie fait partie, elle exige des droits et des privilèges spéciaux et se montre peu respectueuse des règles communes — que ce soit à l’ONU, au Conseil de l’Europe, à l’OMC, au CIO, etc. Participer au processus décisionnel de l’UE sur un pied d’égalité avec Chypre et Malte, ou avec la Slovénie et le Luxembourg au sein de l’OTAN, est une nouvelle « humiliation » pour l’amour-propre et les ambitions impériales démesurées de la Russie. Il est préférable de laisser de côté toute discussion sérieuse sur la manière dont un tel pays était censé satisfaire aux critères très stricts d’adhésion à l’OTAN ou à l’UE.

Les affirmations selon lesquelles l’Occident a « attiré » les républiques post-soviétiques, en particulier l’Ukraine, dans l’OTAN et l’UE, sont particulièrement démagogiques. La vérité est que l’Occident était encore plus réticent à donner à ces pays tout espoir d’adhésion éventuelle qu’il ne l’était initialement vis-à-vis de la Pologne, de la Hongrie et d’autres États postcommunistes d’Europe de l’Est. Et la raison principale, sinon unique, de cette réticence était de faire plaisir à Moscou, de conforter tacitement ses prétentions géopolitiques à la « sphère d’influence » et ses sentiments impérialistes désuets. Malgré les coups persistants à sa porte et une coopération plutôt intensive (principalement du fait de l’insistance de l’Ukraine), l’UE n’a jamais fait allusion à une éventuelle adhésion, pas plus qu’elle n’a jamais défini l’Ukraine dans les documents officiels comme un pays « européen ». Au lieu de cela, elle a été qualifiée par euphémisme de « partenaire » ou de « pays voisin ».

On pourrait arguer que cette attitude européenne résultait avant tout de la condition de l’Ukraine, puisque le pays était en effet loin de satisfaire aux critères d’adhésion. C’est peut-être vrai si l’on compare l’Ukraine à l’Estonie, à la Pologne ou à la République tchèque, mais ce n’est certainement pas vrai si l’on compare l’Ukraine aux États des Balkans.

Le mantra récurrent sur les « préoccupations sécuritaires » de Moscou est également profondément faux. Premièrement, parce que Moscou sait pertinemment que l’OTAN (sans parler de l’UE) ne constitue une « menace pour la sécurité » de personne, et encore moins celle de l’État qui possède le deuxième arsenal nucléaire le plus important. La véritable préoccupation ici n’est pas la « sécurité », mais la perte de contrôle sur les États postcommunistes qui ont heureusement rejoint l’OTAN, et l’incapacité à les « pacifier » comme la Russie a « pacifié » la Géorgie ou l’Ukraine. Deuxièmement, la Russie a envahi l’Ukraine en 2014 non pas pour empêcher son adhésion à l’OTAN, mais simplement pour la dissuader de signer l’accord d’association avec l’UE, qui portait essentiellement sur le libre-échange et non sur la « sécurité ». Depuis 2012, l’Ukraine est un pays neutre qui approuve son statut de non-allié dans la législation nationale et, pour apaiser Moscou, a prolongé le loyer de la base navale de Sébastopol jusqu’en 2047, avec une option de prolongation de 25 ans supplémentaires. Cela n’a pas aidé, tout simplement parce que la « sécurité » n’est pas la véritable préoccupation de Moscou. Sa véritable préoccupation, son intérêt premier, était plutôt l’insécurité maximale de ses voisins — leur susceptibilité permanente aux diversions et aux manipulations russes.

Le principal problème, toutefois, de tous ces débats et arguments invoqués est qu’ils sont formulés d’une manière fondamentalement erronée. Nous sommes obligés de discuter de l’ensemble des problèmes et de réfuter la collection d’arguments qui ne font qu’embrouiller la question simple par laquelle nous devrions commencer : l’Ukraine — et la Moldavie, la Géorgie, etc. — sont-elles des États souverains, aussi souverains et internationalement reconnus que la Russie ? Dans l’affirmative, le droit international et les accords interétatiques leur confèrent-ils les mêmes droits ? Leurs « préoccupations en matière de sécurité » sont-elles moins importantes et moins raisonnables que celles de la Russie ? En fait, pourquoi les questions de sécurité sont-elles formulées du point de vue de la Russie et non du leur ?

Hélas, nous n’avons pas répondu à ces questions à temps, ni même réussi à les poser. Nous avons permis à Moscou de s’approprier le récit principal, d’imposer le discours approprié aux intervenants, et ainsi d’obscurcir et de manipuler des questions très simples. Et maintenant, alors que Frankenstein s’emballe, nous sommes confrontés à une véritable « catastrophe géopolitique », peut-être la plus grande du siècle.


Vous devriez aimer…