Diplomates russes, démissionnez !

Major de promotion du MGIMO (Institut d’État des relations diplomatiques à Moscou) en 1981, Alexandre Melnik a travaillé, quinze ans durant, comme diplomate, en occupant notamment des postes de chef de protocole et d’attaché de presse à l’ambassade d’URSS puis de Russie à Paris. En 1995, il a démissionné de ses fonctions et s’est installé en France.

Le 24 février 2022, l’Histoire a basculé : le cœur de l’Europe s’est couvert de sang ukrainien. L’entière responsabilité de cette tragédie incombe à Vladimir Poutine, parrain d’un régime qui commet des crimes de guerre à l’encontre du peuple ukrainien ayant choisi l’indépendance et la démocratie.

L’indicible s’écrit en direct : maternités, hôpitaux, lieux de culture, immeubles d’habitation, refuges pour animaux sont cyniquement bombardés par l’armée russe ; les cadavres d’innocents s’accumulent dans les rues des villes martyres d’Ukraine ; des millions d’Ukrainiens sont jetés sur les routes de l’exode.

C’est l’heure de vérité. Pour nous tous, indépendamment de notre localisation. Nous, les humains, ne pouvons plus fermer les yeux ou regarder ailleurs.

Dans cette situation exceptionnelle, en tant qu’ancien diplomate soviétique puis russe, j’appelle les diplomates russes en poste en France et dans les autres pays d’Europe et du monde à sortir de la peur qui les inhibe et du mensonge dans lequel les enferme la propagande du Kremlin.

J’appelle mes anciens collègues à démissionner. Pour ne pas cautionner le Mal. Pour pouvoir se regarder dans le miroir. Pour vivre le reste de leur vie en accord avec leur conscience. Pour permettre à leurs enfants d’avoir le minimum de respect pour eux. Je rappelle que, au moment du putsch anti-constitutionnel de 1991, certains diplomates soviétiques avaient franchi ce pas et avaient démissionné.

La diplomatie est, au fond, un beau métier, et les diplomates ne sont pas condamnés à être les rouages anonymes et dociles d’une machine étatique, en l’occurrence, criminelle. Ils ont vocation à être des bâtisseurs de passerelles humaines entre les peuples.

Diplomates russes, en dehors de la clôture des ambassades, il y a une autre vie qui vous attend : une vie de transparence, d’authenticité, d’attachement à la vérité, à la liberté individuelle et aux valeurs humanistes. Démissionnez ! Tant qu’il n’est pas trop tard !

melnik

Professeur de géopolitique à ICN Business School, Nancy, Paris, Berlin. Conférencier international sur les grands enjeux du monde (Chine, Etats-Unis, Russie , Ukraine , Algérie, Israël, Sénégal , Niger , Suisse , Norvège, Luxembourg)

Derniers ouvrages

  • Reconnecter la France au monde. Globalisation, mode d’emploi, Eyrolles - Atlantico, 2014 ;
  • Le monde nous appartient. La géopolitique, c’est la vie, Connaissances et Savoirs, 2019

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

Construire la solidarité dans les Carpates, région aux confins de cinq États européens

Espace transfrontalier de 16 millions d’habitants, la région des Carpates est unique par sa diversité linguistique et culturelle.

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

Réflexions sur l’attentat de Krasnogorsk

L’ampleur et l’atrocité de l’attentat de Krasnogorsk ont secoué le monde, en faisant ressurgir des images sanglantes d’autres...