En Europe occidentale, de nombreux débats publics sur l’aide à l’Ukraine opposent les sentiments de solidarité envers les Ukrainiens et les préoccupations relatives à la sécurité de l’Occident. Ce dualisme ne tient pas compte des intérêts nationaux fondamentaux des pays membres de l’Union européenne et de l’OTAN qui souhaitent une défaite de la Russie ainsi qu’une Ukraine sûre, stable et résiliente.

Le soutien occidental à la défense de l’Ukraine contre l’agression russe depuis le début de la guerre a été non négligeable mais insuffisant. L’ampleur et l’impact des sanctions contre la Russie restent eux aussi insuffisants. En conséquence, la guerre terroriste de Moscou en Ukraine se poursuit sans relâche. Si l’économie russe a connu des problèmes, elle continue de fonctionner. Jusqu’à présent, l’appareil d’État et l’élite politique russes ne semblent pas impressionnés.

L’attrait du pseudo-réalisme

L’une des raisons pour lesquelles l’Occident ne parvient pas à mobiliser davantage de soutien en faveur de l’Ukraine est la mauvaise perception de l’importance de la guerre russo-ukrainienne par une partie de l’opinion publique ouest-européenne. Jusqu’à présent, la guerre est perçue par de nombreux observateurs comme un défi sécuritaire pour l’Europe de l’Est plutôt que pour toute l’Europe. En même temps, l’empathie avec les Ukrainiens et la désapprobation de l’agression russe ne sont pas seulement élevées en Europe centrale et orientale. L’opinion publique occidentale a elle aussi développé un intérêt et une compassion surprenants pour l’Ukraine.

Pourtant, dans l’esprit de la plupart des Européens de l’Ouest, ce qui se passe en Ukraine semble loin. La guerre peut être perçue comme ayant des répercussions pour les Occidentaux également, mais cette reconnaissance de conséquences éventuelles ne conduit pas à une demande accrue d’aide à l’Ukraine et de sanctions contre la Russie.

Ce cadre discursif oriente mal les débats européens et nationaux sur les moyens possibles de contenir l’agression de Moscou. Un besoin apparemment émotionnel de solidarité internationale côtoie des considérations présumées rationnelles de sécurité nationale. Les arguments « réalistes » concernant la stratégie et la sécurité de l’Occident affaiblissent les appels « idéalistes » à davantage de soins et d’aide. L’essentiel de la pensée occidentale sur la guerre reste à peu près le même : « Nous soutenons les Ukrainiens, bien sûr, dans leur combat pour la liberté et l’indépendance. Or, en fin de compte, toute politique est locale. Nous compatissons à l’agonie de l’Ukraine, mais ce n’est pas notre douleur. »

Tracer de telles lignes mentales entre la défense ukrainienne et la sécurité occidentale se présente comme de la prudence. Elle exprime, cependant, une vision du monde plus évasive que pragmatique. La naïveté persistante du pseudo-réalisme occidental non seulement sape les fondements normatifs sur lesquels reposent le consensus national et la coopération internationale des États occidentaux, mais déforme également la réalité géographique et le rôle géopolitique de l’Ukraine pour l’Europe et le monde. Le sort de l’État ukrainien et de ses citoyens a des implications plus larges pour le continent européen et le système international.

Qu’adviendra-t-il de la sécurité mondiale si la Russie poursuit son assaut militaire contre l’État ukrainien pendant plusieurs mois, voire plusieurs années ? Les réalistes reconnaissent que cela signifie une dévaluation malheureuse du droit international, en général, et de l’ordre de sécurité européen, en particulier, mais ces répercussions négatives sont souvent considérées comme des dommages collatéraux supportables d’un apaisement partiel de la Russie. Une escalade de la tension entre la Russie et l’Occident, comme semble l’être le raisonnement typique en arrière-plan, serait bien pire.

Évoquer le spectre d’une guerre nucléaire est un argument massue courant. Pour éviter une apocalypse, selon l’argument typique, tous les coûts sont justifiables. Les dommages qu’un succès russe en Ukraine causera au système international sont certainement regrettables. Pourtant, il est toujours préférable à l’alternative d’une confrontation militaire continue et au risque d’escalade atomique — telle est la logique de certains réalistes occidentaux. Il est utile qu’une nation autre que la sienne doive faire les sacrifices nécessaires pour apaiser le Kremlin. Les Ukrainiens devront se débrouiller avec un soutien occidental limité et continuer à supporter le poids des conséquences de la guerre. Tant pis pour eux !

Cette approche apparemment réaliste n’est pas seulement cynique, elle est aussi une fuite en avant, tant sur le plan paradigmatique que pratique. Tout d’abord, elle va à l’encontre d’un réalisme cohérent en affirmant que la construction de contre-alliances et la dissuasion armée substantielle ne fonctionnent pas vis-à-vis de la Russie. Quel que soit le soutien militaire que l’Ukraine peut obtenir et quelles que soient les sanctions occidentales imposées à la Russie, selon une hypothèse largement répandue, Moscou est prêt à aller plus loin dans l’escalade. Les Russes seront prêts à supporter des dommages même très destructeurs pour leur économie, leur armée et leur société, au risque de compromettre l’intégrité de leur État. Pourtant, si les Russes se comportent effectivement de manière « irréaliste », à quoi sert alors le réalisme ?

Deuxièmement, dans la plupart des raisonnements « réalistes », non seulement les coûts d’une approche apaisante à l’égard de Moscou qui pourraient être imposés à Kyïv et ceux qui ne le seraient pas ne sont pas clairs, mais les risques et les coûts secondaires de la guerre pour les pays autres que l’Ukraine et la Russie ne sont pas pris en compte. Le plus souvent, ces aléas ne sont pas mentionnés ou ne sont abordés qu’en passant dans les débats publics sur la guerre. S’ils sont évoqués, ils sont parfois balayés d’un revers de main comme étant lointains ou négligeables, voire les deux.

La subversion du traité de non-prolifération nucléaire

La guerre de la Russie contre l’Ukraine et les contre-mesures jusqu’ici limitées de l’Occident impliquent cependant un certain nombre de problèmes non négligeables pour l’Europe, voire pour l’humanité dans son ensemble. Avant tout, l’attaque russe et la réponse hésitante ou absente des autres membres du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies sapent la logique du régime international de prévention de la prolifération des armes nucléaires. La guerre a commencé il y a huit ans et demi et se déroule comme elle le fait, dans une large mesure, parce que la Russie possède des armes de destruction massive et que l’Ukraine n’en possède pas.

Pire encore : non seulement Moscou bénéficie d’un énorme avantage nucléaire, mais elle est explicitement autorisée, par un accord multilatéral enregistré auprès des Nations unies, à posséder son arsenal atomique. Le traité de non-prolifération (TNP) de 1968 autorise cinq pays du monde, dont la Russie, à construire et à détenir des armes nucléaires. Il est explicitement interdit à chacun des 191 autres États signataires du TNP, dont l’Ukraine, de développer et de posséder des armes atomiques.

La guerre russo-ukrainienne est d’autant plus étrange que l’Ukraine possédait autrefois un important arsenal d’armes nucléaires qu’elle avait hérité de l’URSS. Au début des années 1990, Kyïv, Minsk et Almaty ont décidé de renoncer non seulement à la plupart, mais aussi à l’ensemble des têtes nucléaires et du matériel soviétique que les trois pays possédaient encore. Ils ont signé le TNP en tant qu’États non dotés d’armes nucléaires.

En échange, l’Ukraine, le Bélarus et le Kazakhstan ont chacun reçu un document spécial des trois gouvernements dépositaires du TNP, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie, en 1994. Ces « mémorandums de Budapest » contenaient des garanties de sécurité données par Washington, Londres et Moscou. Les trois grandes puissances ont promis de respecter la souveraineté et les frontières des trois anciens États dotés d’armes nucléaires et de s’abstenir d’exercer des pressions politiques, économiques et militaires sur eux. Les deux autres États officiellement dotés d’armes nucléaires en vertu du TNP, la France et la Chine, ont fourni des déclarations gouvernementales distinctes annonçant leur respect de l’indépendance et de l’intégrité de l’Ukraine, du Bélarus et du Kazakhstan.

Depuis 2014, si ce n’est avant, la Russie viole ce document important, autrefois signé par l’ambassadeur de Moscou auprès des Nations unies de l’époque, Sergueï Lavrov, et déposé auprès des Nations unies, de la manière la plus flagrante. La Russie punit aujourd’hui le désarmement nucléaire volontaire de l’Ukraine par une pluie de dizaines de milliers de grenades, de bombes, de roquettes et de missiles détruisant non seulement des maisons et des infrastructures militaires mais aussi civiles, et tuant, mutilant et traumatisant des Ukrainiens chaque jour. La subversion manifeste par Moscou de la logique du régime de non-prolifération devrait inquiéter non seulement les Ukrainiens, mais aussi toutes les autres nations.

L’aide hésitante à l’Ukraine et les sanctions tardives contre la Russie de la part d’États bruyamment pacifistes, tels que l’Allemagne, l’Autriche ou les Pays-Bas, contredisent la motivation pacifiste qui sous-tend un tel comportement. La prudence généralisée dans le soutien à Kyïv accroît les effets destructeurs de la guerre sur la crédibilité du système de sécurité international. Les signaux contradictoires émanant non seulement de la Russie, mais aussi d’autres États officiellement dotés d’armes nucléaires, surtout de la Chine, ainsi que l’ambivalence de dizaines d’États non nucléaires signataires du TNP entraînent des risques plus importants.

La poursuite des échanges commerciaux avec la Russie et le soutien timide ou inexistant à l’Ukraine de la part de nombreux pays suggèrent aux pays plus faibles du monde entier que, si la situation se dégrade, la force a raison. La conclusion que les nations sans parapluie nucléaire peuvent tirer aujourd’hui ou à l’avenir est la suivante : « Nous ne pouvons compter ni sur le droit international et la communauté humaine, en général, ni sur la logique du TNP et de ses fondateurs, en particulier. Par conséquent, nous devons obtenir la bombe nous-mêmes. »

Si la question nucléaire joue, en tant qu’avertissement contre la troisième guerre mondiale, un grand rôle dans les débats européens sur l’engagement occidental pour l’Ukraine, une escalade atomique entre l’OTAN et la Russie n’en est pas le seul aspect et, peut-être, pas le plus saillant. Le problème fondamental déjà existant de la protection du monde contre la prolifération nucléaire n’a reçu que peu d’attention au cours des huit dernières années. Au lieu de cela, beaucoup s’inquiètent exclusivement d’un échange de frappes nucléaires qui, selon ces craintes, aurait dû se produire plusieurs fois auparavant, pendant la guerre froide, lorsque les États-Unis et l’URSS possédaient beaucoup plus d’armes atomiques qu’aujourd’hui. La propagation future d’armes de destruction massive, qui serait une conséquence plus probable de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, n’est généralement pas évoquée dans les débats publics.

Le pouvoir du TNP se détériorera tant que la Russie continuera à démontrer qu’un État menaçant d’utiliser des armes nucléaires est autorisé à étendre son territoire à volonté. On pourrait penser qu’une telle conséquence possible de la guerre de la Russie contre l’Ukraine devrait préoccuper les politiciens et les journalistes. Pourtant, cette grave conséquence mondiale du comportement local de Moscou en Ukraine n’est restée qu’un sujet occasionnel ou un non-thème dans la plupart des reportages des médias du monde entier sur la guerre.

Les centrales nucléaires ukrainiennes

La sécurité des centrales nucléaires ukrainiennes constitue une menace atomique régionale, mais plus évidente et immédiate, liée à l’attaque militaire de la Russie. Au cours des premiers jours de la guerre, à la fin du mois de février 2022, des soldats russes venus du Bélarus ont rapidement occupé le territoire de la centrale déclassée de Tchernobyl, dans le nord de l’Ukraine. La propagande du Kremlin s’est vantée de la prise de la centrale, tandis que l’armée russe a installé une partie de ses troupes sur le territoire contaminé en 1986. Peu après, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a signalé qu’elle avait perdu toute communication concernant des matières radioactives dangereuses stockées dans une installation spéciale, sur le site de l’ancienne centrale nucléaire. Le gouvernement ukrainien s’est plaint d’irrégularités dans le système de refroidissement de ces matières.

Même si les militaires russes ont dû rapidement quitter Tchernobyl et tout le nord et le centre du pays, cette incursion dans la zone interdite aurait dû alarmer très tôt la communauté internationale, ou du moins les médias et les hommes politiques européens. Quelques considérations économico-géographiques de base auraient pu, en effet, alerter les communautés d’experts européennes déjà tout au long des huit dernières années sur ce risque proche de l’UE. Au moins depuis 2014, après l’annexion de la Crimée par Moscou et le début d’une pseudo-guerre civile dans le Donbass, les risques nucléaires d’une invasion russe plus profonde au cœur de l’Ukraine étaient évidents. Toute personne ayant une connaissance élémentaire de la géographie industrielle de l’Europe de l’Est pouvait comprendre l’enjeu de la défense de l’Ukraine contre l’invasion russe.

Un occupant russe devant la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine
Un occupant russe devant la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine. // inform.zp.ua

Au lieu de mettre la question au premier plan il y a des années déjà, la sécurité des centrales nucléaires ukrainiennes face à la guerre est restée, jusqu’à récemment, sous le radar de la plupart des reportages journalistiques, spécialisés et gouvernementaux sur la guerre. Et ce, malgré le fait que, peu après la prise de Tchernobyl en mars 2022, la plus grande centrale atomique d’Ukraine et d’Europe, la centrale nucléaire de Zaporijjia avec ses six réacteurs, située dans la ville d’Enerhodar (littéralement : « donneur d’énergie »), dans le sud de l’Ukraine, s’est également déplacée en territoire de guerre. L’énorme centrale est même devenue un lieu de combat russo-ukrainien. Un échange de tirs nocturne entre les troupes russes et ukrainiennes sur le territoire de l’une des plus grandes installations nucléaires du monde a été capturé par une caméra, au printemps 2022.

Depuis l’occupation d’Enerhodar par la Russie, la centrale nucléaire de Zaporijjia est doublement administrée par des officiers de l’armée russe, d’une part, et des civils de l’entreprise publique ukrainienne Enerhoatom, d’autre part. Cette responsabilité conjointe d’organes de deux États en guerre l’un contre l’autre est un arrangement inhabituel pour la plus grande centrale nucléaire d’Europe. Ces dernières semaines, il semble en outre que le Kremlin tente d’utiliser la question de la sécurité des matières nucléaires de la centrale comme un levier implicite vis-à-vis de l’Occident. Certains incidents étranges survenus à la centrale pourraient avoir été orchestrés par le Kremlin pour accroître la nervosité de l’Occident. En conséquence, la sécurité des centrales nucléaires ukrainiennes fait enfin son entrée dans les reportages des médias occidentaux.

Les risques sont multiples et ne sont pas seulement liés à la centrale de Zaporijjia à Enerhodar. Une autre centrale atomique située dans le sud de l’Ukraine, la centrale de Ioujnoukraïnsk, a été survolée à plusieurs reprises, au cours des derniers mois, par des missiles russes lancés par la flotte de la mer Noire et se dirigeant vers le nord en direction de Kyïv. Deux autres centrales nucléaires situées en Ukraine occidentale n’ont pas encore été approchées par des armes ou des ogives russes. Toutefois, cela pourrait facilement se produire à l’avenir. Par exemple, une attaque russe sur l’Ukraine occidentale via le Bélarus pourrait rapidement rapprocher d’autres centrales nucléaires ukrainiennes de la zone des combats, voire les y faire entrer.

Compte tenu de l’expérience de l’Europe face aux conséquences de la catastrophe de Tchernobyl en 1986, la sécurité des centrales nucléaires ukrainiennes devrait devenir un sujet important dans les débats médiatiques, politiques et d’experts. Elle devrait également faire partie — plus profondément qu’auparavant — de la communication diplomatique entre l’Occident et la Russie. L’important, pour les politiciens, les diplomates et les experts occidentaux qui abordent la question officiellement et officieusement, est d’indiquer aussi clairement que possible que les préoccupations relatives aux centrales nucléaires ukrainiennes sont entièrement liées aux actions illégales de la Russie en Ukraine.

Moscou essaie maintenant de jouer la « carte de Tchernobyl » dans ses campagnes médiatiques et politiques. Les propagandistes russes tentent de persuader des publics occidentaux sous-informés que l’Ukraine est, comme en 1986, une source d’insécurité pour l’Europe. Il convient de contrer résolument ces récits trompeurs.

En ce qui concerne les perceptions africaines et asiatiques de la récente crise céréalière, le Kremlin a partiellement réussi une campagne de désinformation similaire. Moscou a réussi à imprégner non seulement les gens ordinaires, mais aussi les élites de plusieurs États africains et asiatiques de l’opinion selon laquelle ce n’est pas la Russie qui est responsable de la crise alimentaire. Au contraire, l’Ukraine et l’Occident sont à blâmer pour les récentes pénuries de céréales et d’autres denrées alimentaires sur les marchés mondiaux.

Il n’est pas inutile de rappeler que la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986, n’était pas non plus le résultat d’une défaillance des dirigeants ukrainiens. Au contraire, comme Serhii Plokhy l’a récemment expliqué dans son livre fondamental Chernobyl: History of a Tragedy (Basic Books, 2018), le Premier ministre de la République socialiste soviétique d’Ukraine a été informé de l’incident de Tchernobyl par un appel téléphonique venant de la direction soviétique.

Et ce, en dépit du fait que le Premier ministre ukrainien se trouvait, au moment de l’incident de 1986, à Kyïv, c’est-à-dire à une centaine de kilomètres seulement de Tchernobyl. Le Premier ministre soviétique qui a informé son subordonné ukrainien dans la capitale ukrainienne de ce qui se passait non loin de Kyïv l’a appelé de Moscou, à environ 900 kilomètres de Tchernobyl (par la route).

La raison de cette étrange ligne de communication était que les centrales nucléaires de l’URSS étaient des objets stratégiques. Elles ne relevaient donc pas de l’administration locale des pseudo-républiques de l’Union. Au contraire, la construction et l’exploitation de toutes les centrales nucléaires de l’URSS étaient sous le contrôle direct du centre impérial dans la capitale de la Russie. Cette circonstance est l’une des diverses anomalies soviétiques qui ont conduit à l’incident de Tchernobyl en 1986.

Conclusions

L’attaque de la Russie contre l’Ukraine comporte d’autres risques paneuropéens et en partie mondiaux. Les chaînes internationales d’échanges de denrées alimentaires, d’énergie, ainsi que d’autres ressources et biens, sont interrompues. Outre le traité de non-prolifération nucléaire, d’autres accords et organisations internationaux sont également mis à mal. Non seulement l’intégrité de divers régimes de sécurité transcontinentaux plus étroits, comme l’OSCE, est remise en question, mais les Nations unies et leurs divers organes et sous-organisations sont également sous pression, compte tenu de l’attaque vicieuse de la Russie contre l’Ukraine. En particulier, le Conseil de sécurité et le droit de veto de ses membres permanents, dont la Russie, semblent désormais absurdes.

Les doutes fondamentaux sur l’utilité de l’ordre mondial actuel ne s’amplifient pas seulement chez les Ukrainiens assiégés. De plus en plus de personnes dans le monde entier, préoccupées par la sécurité internationale, sympathisant avec l’Ukraine et/ou se sentant menacées par la Russie ou d’autres pays revanchards, expriment également des doutes. Des activistes, des politiciens, des experts et des journalistes ont, au vu du comportement de Moscou ces dernières années, commencé à discuter de l’aptitude du système des Nations unies à préserver la stabilité politique, la justice et la paix internationales.

La Russie continue à démanteler l’ordre de sécurité européen, en particulier, ainsi que le système organisationnel et juridique international, en général. Ce faisant, le Kremlin profite des privilèges formels et matériels de la Russie, tels que les droits spéciaux de Moscou dans le cadre de l’ONU et du TNP, ou le contrôle des armes nucléaires et des routes commerciales. Dans le même temps, l’agressivité rhétorique et comportementale de la Russie officielle vis-à-vis de l’Ukraine ne faiblit pas. Le nombre sans cesse croissant d’atrocités commises par l’armée russe en Ukraine suscite non seulement l’indignation morale : le caractère toujours plus génocidaire de l’attaque russe contre l’Ukraine a des implications plus larges et plus longues. L’approche terroriste du Kremlin subvertit la lettre et l’esprit de dizaines de traités et d’organisations internationales auxquels Moscou participe et dont elle est en partie cofondatrice.

Le caractère destructeur transnational et partiellement mondial de plus en plus évident du comportement du Kremlin ne devrait pas seulement faire réfléchir les Européens de l’Est. Les discussions occidentales sur la juxtaposition de la solidarité internationale pour l’Ukraine, motivée par l’émotion, et des intérêts nationaux rationnels de chaque pays ont toujours été inopportunes. Elles semblent de plus en plus trompeuses aujourd’hui.

Les politiciens, diplomates, experts et autres orateurs occidentaux et non occidentaux devraient changer l’accent et le ton de leurs commentaires sur la guerre. Cela concerne leurs évaluations du comportement de la Russie, tant dans le cadre des débats nationaux de leurs propres pays que dans celui de leurs interactions avec leurs homologues russes. Ils doivent souligner plus qu’auparavant l’importance de l’inconduite de Moscou non seulement pour l’Ukraine, mais aussi pour leurs propres nations, l’Europe et le monde en général.

Les publics nationaux du monde entier doivent être sensibilisés par leurs dirigeants, journalistes et scientifiques au fait que l’aventure du Kremlin en Ukraine est plus qu’une simple aventure et qu’elle a des répercussions au-delà des tragédies de Marioupol, Boutcha ou Olenivka. Les pays occidentaux et les autres pays devraient reformuler leurs positions et leur rhétorique en conséquence vis-à-vis de Moscou. En particulier, il devrait être clair pour les opinions publiques occidentales et russes que seul le retrait total de Moscou d’Ukraine constituera une solution satisfaisante à la crise et une limitation acceptable de ses effets destructeurs au niveau international. Ce changement discursif peut déboucher sur de nouveaux signaux, politiques et traités émanant d’une coalition plus large et plus résolue d’États volontaires. Ce n’est qu’ainsi que le Kremlin pourra enfin ressentir une pression suffisante pour modifier son comportement et devenir constructif dans les futures négociations.

Articles récents

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

Moscou, « through the looking glass »

Ni Poutine ni Prigojine ne sortent gagnant de la version russe de la « Journée des dupes ». Mais on ne sait pas encore pour qui le patron de Wagner a tiré les marrons du feu. L’analyse de Jean-François Bouthors.

L’avenir de Wagner et les répercussions géopolitiques d’un coup de force raté

La folle équipée d’une colonne blindée de Wagner à travers la Russie aura donc tourné court. Cet épisode pointe les failles du poutinisme et le jeu des factions. Jean-Sylvestre Mongrenier analyse ses répercussions sur la situation stratégique et géopolitique.

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

François, la Russie et la Chine : un désastre obstiné

Fin août, le pape s’adressant à de jeunes catholiques russes a paru reprendre à son compte la rhétorique nationaliste chère à Poutine et aux propagandistes du Kremlin. Ce n’est pas le premier « faux pas » de François depuis le début de la guerre. Le pape ne s’est pas rendu à Kyïv et il n’a toujours pas désigné clairement l’agresseur.