L’OTAN : une formule pour l’Ukraine

La formule « l’Ukraine rejoindra l’OTAN à la fin des hostilités » semble avoir du sens d’un point de vue diplomatique. Vitali Portnikov, journaliste et analyste ukrainien, soulève pourtant ici une question : si la fin de la guerre russe contre l’Ukraine doit déboucher directement sur une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, la Russie voudra-t-elle un jour mettre fin à cette guerre ? Après tout, la prolongation de la guerre deviendrait une garantie que l’intégration euro-atlantique de l’Ukraine reste paralysée.

Pour l’intégration euro-atlantique de l’Ukraine, des solutions non conventionnelles s’imposent, mais elles relèvent de la volonté des dirigeants des principaux pays de l’Alliance. En d’autres termes, la Russie doit avoir la certitude que, quelle que soit la poursuite de l’action militaire, elle ne sera pas en mesure d’empêcher l’intégration euro-atlantique de l’Ukraine. C’est d’ailleurs le moyen le plus sûr de mettre fin à la guerre.

De nombreux fantaisistes politiques croient encore que si l’Ukraine peut être persuadée d’accepter des « acquisitions » de territoire par la Russie, la guerre s’arrêtera immédiatement et le Kremlin acceptera l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN sans insister sur sa neutralité. Mais ce n’est possible que si l’on croit que Poutine ne voulait vraiment s’emparer que de la Crimée et du Donbass. En réalité, les territoires occupés ne sont qu’un tremplin pour l’occupation de l’ensemble de l’Ukraine.

Poutine doit comprendre que la logique de tête de pont ne peut plus être utilisée, que l’Ukraine ne peut être occupée par ses forces et que la priorité du droit international restera l’élément déterminant dans les relations entre le monde civilisé et la Russie.

Pour cette raison, l’Ukraine n’est pas seule à avoir besoin d’adhérer à l’OTAN pour garantir sa sécurité et avoir la certitude qu’une attaque russe ne se reproduira plus. L’OTAN a besoin de l’adhésion de l’Ukraine pour démontrer que l’alliance défend de manière fiable les principes mêmes du droit international et de la sécurité, et qu’elle n’est pas disposée à tolérer leur violation.

Mais il s’agit là d’une approche générale. Quant aux mesures concrètes, elles doivent être négociées par les dirigeants des pays membres de l’Alliance. Plusieurs thématiques s’imposent. L’Ukraine ne peut-elle vraiment pas devenir membre de l’OTAN tant que la guerre dure ? Sa candidature pourrait-elle être approuvée au sommet de Vilnius, comme cela a été discuté par Jens Stoltenberg et Volodymyr Zelensky lors de la visite du secrétaire général de l’OTAN à Kyïv en avril ? Des garanties de sécurité pourraient-elles être données à l’Ukraine sur le modèle de celles données à la Suède et à la Finlande après l’annonce de leur candidature à l’OTAN ? Ces garanties pourraient-elles être étendues à l’ensemble du territoire du pays ou seulement au territoire où il n’y a aucune action militaire ni revendications russes ?

Le sort de l’Ukraine et celui de l’Europe dépendra de la réponse à ces questions. On peut bien sûr penser que les réponses peuvent attendre la fin de la guerre et qu’il faut d’abord armer l’Ukraine. Mais dans ce cas, on risque d’attendre la fin de la guerre très, très longtemps.

Traduit du russe par Desk Russie

Version originale

Vitaly Portnikov est l’un des plus célèbres journalistes ukrainiens. Esprit analytique, il a travaillé aussi bien pour la presse écrite que pour la télévision. Il a toujours activement soutenu le combat des Ukrainiens pour la liberté, notamment pendant l’Euromaïdan.

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

Retour sur la conférence de Munich : les Européens sauront-ils conjurer le pire ? 

Dix-sept ans après le discours de Munich de Poutine, un gouffre s’ouvre devant les Européens. En ont-ils conscience ? Sauront-ils se préparer au pire pour qu’il n’advienne pas ?

La Turquie, la mer Noire et les ramifications de la guerre en Ukraine

Jean-Sylvestre Mongrenier explique la position complexe de la Turquie, qui navigue habilement entre l’OTAN et la Russie. Mais jusqu’à quand ?

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

La réouverture du front Hamas-Hezbollah contre Israël : un diabolique jeu de poupées russo-iraniennes

La réouverture d’un front sanglant contre Israël par Hamas et le Hezbollah n’est pas une énième péripétie proche-orientale. La Russie, l’Iran et le régime de Damas sont à l’arrière-plan, avec des objectifs variés mais solidaires les uns des autres.