Une innocence feinte

Par Epo

Notre caricaturiste s’attaque à la destruction du barrage de Kakhovka par les Russes, alors que le régime poutinien continue à clamer, faussement, son innocence. Comme tant de fois déjà… Rappelons-nous le Boeing malaisien, l’empoisonnement de Navalny et des Skripal, les bombardements et les destructions des infrastructures ukrainiennes, attribués eux aussi aux Ukrainiens, etc.

barrage fr 1

Caricaturiste et dessinateur de presse. Epo est un pseudonyme.

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

Poutine — l’homme qui a fait échouer la Russie

La génération actuelle en Russie ne saisit peut-être pas pleinement l'ampleur du désastre. Pourtant, Poutine a déjà infligé une blessure historique à son propre pays.

Ils ont tué le Mandela russe

Pour le journaliste russe exilé, la mise à mort d’Alexeï Navalny prive le pays de l’espoir d’une transition démocratique paisible. Car Poutine a définitivement adopté l’arbitraire le plus total.

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

La réouverture du front Hamas-Hezbollah contre Israël : un diabolique jeu de poupées russo-iraniennes

La réouverture d’un front sanglant contre Israël par Hamas et le Hezbollah n’est pas une énième péripétie proche-orientale. La Russie, l’Iran et le régime de Damas sont à l’arrière-plan, avec des objectifs variés mais solidaires les uns des autres.