Chine et Russie : amis jurés ?

Le 29 juin, à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville à Paris, a eu lieu un débat organisé par Desk Russie. Le sujet est brûlant : quel est l’avenir des relations russo-chinoises à l’aune de la guerre en Ukraine ? La Chine, qui se prononce activement contre l’usage de l’arme nucléaire, aimerait bien que la guerre s’arrête, tout en continuant à clamer son amitié pour son allié russe. En quoi consiste la collusion entre les deux régimes ? Quelles fissures peuvent apparaître dans cette « amitié » ? Quelles sont les visées à moyen et long terme de la Chine ? Pour en débattre, Gallagher Fenwick, Galia Ackerman, Marie Holzman, Jean-Sylvestre Mongrenier et Emmanuel Véron.

Les relations russo-chinoises et leur avenir. Desk Russie. 29 /06/ 2023.

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

Ukraine : deux ans de guerre totale

Trois tables rondes, consacrées aux bilans militaire, politique et juridique après deux ans de guerre, ont réuni des grands experts. Des discussions de grande qualité.

« Russie, hors d’Ukraine ! » : deuxième rencontre au Théâtre du Soleil

Solidarité avec le peuple ukrainien en armes : Cyrille Amoursky, Iryna Dmytrychyn, Jean-François Bouthors, Véronique Nahoum-Grappe, Galia Ackerman, Sylvain Creuzevault et l'équipe d'Ariane Mnouchkine.

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

La réouverture du front Hamas-Hezbollah contre Israël : un diabolique jeu de poupées russo-iraniennes

La réouverture d’un front sanglant contre Israël par Hamas et le Hezbollah n’est pas une énième péripétie proche-orientale. La Russie, l’Iran et le régime de Damas sont à l’arrière-plan, avec des objectifs variés mais solidaires les uns des autres.