Jaroslava Josypyszyn (1943-2023) : une flamme de l’ukrainité

Hommage à Jaroslava Josypyszyn, grande connaisseuse et défenseuse de l’histoire et de la culture ukrainiennes.

À l’heure où l’Ukraine se bat pour sa liberté, depuis près de vingt mois, à l’heure où l’agresseur russe nie l’existence même de la nation ukrainienne, l’on ressent avec une acuité particulière le décès de ceux qui portaient la vérité sur l’Ukraine, son histoire et sa culture en Occident. Tel était le destin de Jaroslava Josypyszyn, l’un des piliers de la diaspora ukrainienne en France, décédée le 5 octobre 2023.  

Jaroslava était née en 1943 dans une famille de réfugiés politiques ukrainiens. Son père Petro était un ancien militaire qui avait servi dans l’armée de Symon Petlioura, le commandant suprême de l’Armée populaire ukrainienne et le troisième président de la République populaire ukrainienne (1917-1920). À Paris, son père avait été directeur de la Bibliothèque Petlioura, fondée en 1926, après l’assassinat de Symon Petlioura par un agent soviétique.

En grande partie, la vie de Jaroslava a été consacrée aux études ukrainiennes. En 1981, elle a soutenu une thèse de doctorat sur « Les terres ukrainiennes occidentales entre les deux guerres mondiales dans les relations internationales ». Elle a notamment enseigné à l’université libre ukrainienne de Munich et a été professeure invitée à la Sorbonne.

hommage3
Photo : Alla Lazareva

Dès son départ à la retraite, en 1998, et jusqu’à sa mort, Jaroslava a dirigé la Bibliothèque Petlioura à Paris, un haut lieu de la culture ukrainienne qui a eu une histoire mouvementée. Pillée par les nazis en 1941, une partie de ses trésors s’est retrouvée en URSS, à la suite de l’occupation soviétique de l’Allemagne et n’a jamais été restituée. Les efforts de Jaroslava ont permis de conserver des milliers de publications d’une valeur inestimable. Nombre d’entre elles ne sont disponibles nulle part ailleurs. Elle estimait que la bibliothèque ne devait pas être déplacée en Ukraine, car elle avait vocation à aider les universitaires français à faire des recherches sur l’Ukraine.

« Il est difficile d’estimer combien d’argent Yaroslava a “économisé” au budget ukrainien grâce à son travail de bénévole. Depuis des décennies, elle préservait et multipliait des collections qui, dans les pays normaux, bénéficient d’un soutien primordial de l’État. J’espère que son travail acharné sera apprécié des Ukrainiens. J’espère que la bibliothèque Petlioura à Paris sera préservée et deviendra un centre culturel et scientifique important pour l’Ukraine au sein de l’Union européenne », a écrit l’historien ukrainien Yuriy Yuzytch.

Jaroslava a joué un rôle très important dans la diffusion de la culture ukrainienne en France et dans le monde. Autrice de plusieurs publications en français et en ukrainien, elle a organisé des conférences internationales (en France et à l’étranger). Elle a également été secrétaire de l’Association française des études ukrainiennes, une société qui organisait des présentations sur divers sujets liés à l’histoire et à la culture de l’Ukraine.

Modeste, ne se mettant jamais en avant, cette femme au regard lumineux et à la fière posture, a entretenu la flamme de l’ukrainité sa vie durant. Ceux qui l’ont connue ne l’oublieront jamais.

hommage2
Photo : Nathalie Chrin

Abonnez-vous pour recevoir notre prochaine édition

Toutes les deux semaines

Voir également

« Cancel culture » vs culture fusillée

Dans cet essai écrit en mars 2022, Victoria Amelina, jeune écrivaine ukrainienne tuée récemment par un tir de missile à Kramatorsk, se penche sur la « Renaissance fusillée ». Il est aussi question ici du rôle et de la place de la culture russe aujourd’hui, alors que tant de représentants de la culture ukrainienne périssent sous les bombes.

Quand les icônes se mettent en route

Le pouvoir russe s’est montré prêt à sacrifier un chef-d’œuvre de l’art russe, la Trinité de Roublev, au nom d’impératifs politiques. Pendant ce temps, les Ukrainiens essaient de sauver des joyaux de leur patrimoine, en les envoyant à l’étranger, où ils sont accueillis notamment au musée du Louvre.

Les plus lus

Le deuxième front : comment la Russie veut saper le soutien occidental à l’Ukraine

La Russie mène un travail de sape auprès des Ukrainiens eux-mêmes, mais aussi en infiltrant les cercles de décision occidentaux, à Washington et dans les capitales européennes. Empêcher le soutien occidental à une victoire finale de l’Ukraine et décourager les Ukrainiens de se battre jusqu’à la victoire, tels sont les objectifs russes qu’analyse et dénonce notre autrice.

La réouverture du front Hamas-Hezbollah contre Israël : un diabolique jeu de poupées russo-iraniennes

La réouverture d’un front sanglant contre Israël par Hamas et le Hezbollah n’est pas une énième péripétie proche-orientale. La Russie, l’Iran et le régime de Damas sont à l’arrière-plan, avec des objectifs variés mais solidaires les uns des autres.